Noël Dolla. Restructurations spatiales

Passée

-


Galerie des Ponchettes

Noël Dolla, vues de l'exposition

Noël Dolla, vues de l’exposition "Noël Dolla. Restructurations spatiales"
23 juin - 22 octobre 2017, Nice © ADAGP, Paris, 2017 ; Photo : François Fernandez

Noël Dolla formule à partir de l’automne 1969 une série de propositions à l’échelle du paysage dans l’arrière-pays niçois. Alors actif dans le mouvement Supports/Surfaces, il invente des formes nouvelles dans la nature, assumant leur dimension éphémère et la rencontre intime, voire confidentielle, avec ses interventions dessinées à même la montagne. Propos Neutre n° 2 – Restructuration spatiale est réalisée le 5 octobre 1969 à 2 000 mètres d’altitude, à la cime de l’Authion.

Noël Dolla peint des cercles roses sur des rochers et murets, faisant « prendre de l’altitude à la peinture ». Le 5 février 1970, il conçoit une nouvelle Restructuration Spatiale sur cette même cime de l’Authion, en réalisant trois cercles colorés monumentaux sur le flanc enneigé de la montagne. Quelques membres de Supports/Surfaces expérimentent alors le dialogue de leur travail avec l’espace public et la nature pour contourner le système de l’art, ses circuits bourgeois, et générer des interactions nouvelles, inédites entre leurs œuvres et le public (Daniel Dezeuze, Bernard Pagès, Patrick Saytour, Claude Viallat).

Dolla est toutefois le seul à créer à l’échelle du paysage une œuvre spécifique qui n’a d’existence que dans l’espace temps consentis par la nature et dans la mémoire de celles et ceux venus partager cette expérience. Si la réversibilité des propositions démontre davantage de proximité avec le Land Art anglais qu’avec les interventions musclées des Américains, Noël Dolla ne prendra connaissance que plus tard de la concomitance internationale de ces démarches. D’autres interventions suivront, en montagne, sur la plage de Nice ou dans l’espace public.

L’exposition revient sur ces interventions historiques mais aussi sur des projets récents à travers documents et photographies. À l’occasion de l’exposition, l’artiste propose également une intervention in situ qui métamorphose l’espace de la Galerie des Ponchettes.

Commissariat de l'exposition :

Hélène Guenin, directrice du MAMAC avec Elodie Antoine, historienne d’Art

Retour en haut de page