À propos de Nice : 1947-1977

Passée

-


Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain

Martial Raysse Souviens toi l'été dernier

Martial Raysse, Soudain l’été dernier, 1963
Assemblage. Peinture acrylique sur toile, photographie, chapeau
de paille, serviette éponge. 126 x 227 x 58 cm
Centre Pompidou, Paris Musée national d’art moderne/centre de
création industrielle
Achat de l’État 1968, attribution en 1976 - Inv. : AM 1976-1010
© Centre Pompidou, MNAMCCI/Philippe Migeat/Dist. RMN-GP /
© ADAGP, Paris, 2017

Dans le cadre de « Nice 2017. École(S) de Nice » et du quarantième anniversaire du Centre Pompidou.

École de Nice ? ! … Quelles que soient son appellation et la liste de ses acteurs, il existe bien un phénomène d’émulation à Nice dès la fin des années 1950. Une constellation de gestes, d’attitudes se manifeste alors sur le territoire tandis que s’affirment des personnalités charismatiques qui aspirent à tisser des liens entre Nice et des capitales artistiques internationales. À Paris, en 1977, le Centre Pompidou célèbre cette effervescence avec l’exposition « À propos de Nice », orchestrée par l’un des agitateurs de cette épopée : Ben.

Une mythologie originelle introduit cette histoire : celle d’un partage symbolique du monde entre trois jeunes hommes sur la plage de Nice en 1947 : Yves Klein s’approprie l’infini bleu du ciel ; le poète Claude Pascal s’empare de l’air et reviennent à Arman, la terre et ses richesses. Ce geste inaugural, entre quête d’absolu, esprit de défi et désinvolture, ouvre la voie à une scène active au coeur de, et en réaction, à la quiétude de la cité balnéaire.

Au-delà des récits qui définissent traditionnellement l’École de Nice dans une succession de mouvements : Nouveau Réalisme, Fluxus, Supports/Surfaces, etc., l’exposition revient au cœur de l’esprit qui a animé cette aventure. Elle en explore les gestes primordiaux, revient sur cette révolution des formes, cette insolence des attitudes, cet appétit pour l’irrévérence et fascination pour les récits qui la caractérisent. Elle souligne également l’émergence de personnalités dans un contexte cosmopolite et dans une ville alors en pleine mutation.

Artistes : Marcel Alocco, Arman, André-Pierre Arnal, Ben, Vincent Bioulès, Robert Bozzi, Jean-Louis Brau, George Brecht, Donna Brewer, Jacques Brissot, Louis Cane, César, Louis Chacallis, Max Charvolen, Albert Chubac, Marc Devade, Daniel Dezeuze, Erik Dietman, Noël Dolla, Robert Érébo, Jean-Claude Farhi, Robert Filliou, Roland Flexner, Paul-Armand Gette, Claude Gilli, Dany Gobert, Toni Grand, Bob Guiny, Vivien Isnard, Yves Klein, Jean-Jacques Lebel, Serge Maccaferri, Robert Malaval, Jacques Martinez, Jean Mas, Martin Miguel, Jean-Pierre Mirouze, Nivèse, Bernard Pagès, Ernest Pignon-Ernest, Pierre Pinoncelli, Pierre Pontani, Éliane Radigue, Martial Raysse, Rotraut, Guy Rottier, Niki de Saint Phalle, Takako Saito, Patrick Saytour, Serge III, Mieko Shiomi, Sacha Sosno, Marianne Staffeldt-Filliou, Jacques Strauch, Anne Tréal, Bernard Tréal, André Valensi, Agnès Varda, Annie Vautier, Bernar Venet, Claude Viallat, Jean Vigo et Gil Jo Wolman.

Catalogue de l'exposition

Commissariat de l'exposition :

Hélène Guenin, directrice du MAMAC, avec Rébecca François, attachée de conservation du MAMAC
Commissariat général de « Nice 2017. École(S) de Nice » : Jean-Jacques Aillagon
Commissariat de recherche associé dans le cadre de la bourse curatoriale du Centre national des arts plastiques (Cnap) : Géraldine Gourbe et Florence Ostende
Recherche documentaire sur La Cédille qui Sourit : Éric De Backer

Partenaires principaux

Retour en haut de page