Collection

Visitez le MAMAC et découvrez sur deux étages et près de 2.500 mètres carré, une sélection de plus de 200 œuvres de la collection.
Tous les ans le MAMAC renouvelle en profondeur le parcours du dernier étage et propose de nouvelles expériences de ses salles phare dédiées à Niki de Saint Phalle, Yves Klein et au POP international.
La collection est en mouvement pour le plaisir de la découverte et des nouveaux dialogues...


Découvrir


Niki de Saint Phalle : Black is different, 1994 ; Nana noire upside down, 1965-1966 Collection MAMAC, Nice, Donation de l’artiste en 2001 © Nki Charitable Art Foundation / Adagp, Paris, 2020
Niki de Saint Phalle : Black is different, 1994 ; Nana noire upside down, 1965-1966Collection MAMAC, Nice, Donation de l’artiste en 2001© Nki Charitable Art Foundation / Adagp, Paris, 2020

Niki de Saint Phalle

Le MAMAC possède l’une des trois collections de référence au monde de l’œuvre de l’artiste franco-américaine, depuis ses premières peinture et assemblages de la fin des années 1950, les toutes premières peintures tirs du début des années 1960, les iconiques nanas et mariées, jusqu’à son prolifique travail d’estampe.

Salle Yves Klein, MAMAC, Nice, © Succession Yves Klein c/o Adagp, Paris, 2020
Salle Yves Klein, MAMAC, Nice, © Succession Yves Klein
© Adagp, Paris, 2020

Yves Klein

Yves Klein, né en 1928 à Nice, avait pour première vocation d’être judoka. En 1954, il se tourne définitivement vers l’art et entame son « Aventure monochrome ». Il invente le bleu outremer, auquel il donne son nom « IKB » (International Klein Blue), le 19 mai 1960.

Claes Oldenburg Shrimps on fork, 1965, Collection MAMAC, © Claes Oldenburg ; George Segal, Untitled, 1986, Collection MAMAC, © Adagp, Paris, 2020
Claes Oldenburg Shrimps on fork, 1965, Collection MAMAC, © Claes Oldenburg ; George Segal, Untitled, 1986, Collection MAMAC, © Adagp, Paris, 2020

Nouveau Réalisme – Pop art

La collection du MAMAC témoigne de l’apparition, à la fin des années cinquante et à l’aube des années 1960, de mouvements d’emprunt du réel et de détournement de la culture de masse naissante qui se manifeste à la fois en France – notamment à Paris et autour d’un foyer d’artistes à Nice – et aux États-Unis.

Ben, Cambra de Ben
Le Musée de Ben, 1990 – 1999, © Adagp, Paris, 2020
Ben, Cambra de Ben
Le Musée de Ben, 1990 – 1999, © Adagp, Paris, 2020

À propos de Nice. 1947-1977

École de Nice ? ! … Quelles que soient son appellation et la liste de ses acteurs, il existe bien un phénomène d’émulation à Nice dès la fin des années 1950. Nice est le berceau d’une émulation artistique unique et inédite à la fin des années 1950. Jusque là, terre d’élection de peintres reconnus qui viennent chercher la lumière du sud (Bonnard, Matisse, Chagall, etc.), Nice devient le territoire d’une jeune avant-garde.

Vue d'une salle du musée

Parcours

Parcours des collections : Rébecca François, Hélène Guenin, Julia Lamboley, Steve Simon.

Collection en ligne

Journal des collections

Retour en haut de page