Pierre Pinoncelli

Actualité

Pierre Pinoncelli, MAMAC, Nice, 15.02.2013, photo Anne Decreux/MAMAC, © Adagp, Paris 2021

Pierre Pinoncelli, né à Saint-Étienne le 15 avril 1929 est décédé le 9 octobre 2021 à Saint-Rémy-de-Provence.

Il se revendiquait comme membre de l’École de Nice et s’est fait connaître par des happenings spectaculaires et provocants, qui prirent une place importante dans son œuvre à partir de 1967. Le 4 février 1969, notamment, il asperge André Malraux, Ministre de la Culture, d’encre rouge avec un pistolet à peinture lors de la pose de la première pierre du musée national Marc Chagall à Nice en criant « À bas Chagall ». Lorsque le ministre de la Culture prend conscience qu’il s’agit d’un geste artistique, il réplique à son tour. Pinoncelli déclare ainsi : « Le geste de Malraux m’a sauvé, en reprenant le dessus, il a authentifié le geste ». Aucune plainte n’a été déposée de la part de l’homme politique. Le geste de Pinoncelli, provocateur et transgressif, présenté comme le « premier attentat culturel‍ » perpétré, a largement été relayé par la presse internationale.

Suite à la donation de Pierre Pinoncelli au MAMAC en 2012 de Urinoir Duchamp-Pinoncelli, 1993, une rencontre* fut programmée le 15.02.2013 autour de cette oeuvre contestataire, réalisée après ses différents happenings sur Fontaine, 1917 de Marcel Duchamp.
Le 25 août 1993, Pierre Pinnoncelli se rend au Carré d’Art de Nîmes afin de réactiver la fonction initiale de cet objet ready-made et urine dedans.
Il récidive le 4 janvier 2006 lors de l’exposition « DADA » au Centre Pompidou à Paris , en ébréchant l’objet d’un violent coup de marteau.
Dans les deux cas, l’affaire passe en justice. Cette action a pour but d’interroger le statut et la valeur d’une oeuvre qui n’existe que par une réplique réalisée avec l’accord de Marcel Duchamp. Car le ready-made original n’a jamais été présenté au public, puisqu’il disparaît après avoir été refusé en 1917 du Salon des Indépendants de New York. Ce n’est qu’en 1950 pour une exposition à la galerie Sydney Janis de New York, que Marcel Duchamp réalise une réplique et décide d’en faire une édition. Pierre Pinoncelli décide lui aussi de réaliser en 1993 sa propre édition de la célèbre Fontaine intitulée Urinoir série « ecce homo » 1917/1993.

*avec au 3ème étage la présentation de la donation de l’artiste au musée ‘Urinoir Duchamp-Pinoncelli, 1993 ; à l’auditorium, la projection du film Histoire de l’urinoir de Marcel Duchamp, 2008 [Raynald Mérienne – Françoise Docquiert] ; suivie d’un débat-table ronde en présence de Pierre Pinoncelli avec Catherine Millet, directrice de la rédaction d’Artpress, Olivier Kaeppelin, directeur de la Fondation Maeght. Modérateur : Gilbert Perlein, conservateur en chef du patrimoine et directeur du MAMAC, et d’une signature par Pierre Pinoncelli du livre Ecce homo ! ou l’urine noire de Marcel Duchamp, 2009.

Accrochage Pierre Pinoncelli, MAMAC, Nice, 15.02.2013, photo Anne Decreux/MAMAC, © Adagp, Paris 2021
Retour en haut de page