Rober Racine
Fantasmes fragiles
11 mars - 30 avril 2006


Vautour, détail 2003

Vitrine de l'atelier d’art contemporain

Cette exposition a été réalisée dans le cadre d’un échange PACA/Québec*, en partenariat avec la Galerie de l’Université du Québec à Montréal et la Villa Arson, Nice.
*«Québec / Provence-Alpes-Côte d’Azur / Art contemporain» est une initiative de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur portée par la REGIE culturelle régionale. Elle bénéficie du soutien de l’Association française d’action artistique et de la Délégation générale du Québec en France.

L’exposition présente un corpus de 87 dessins de vautours réalisés en 2003 par Rober Racine. L’artiste a réalisé ces dessins comme on écrit son journal. Il a commencé à s’intéresser au motif du vautour alors qu’il visitait le jardin zoologique de Barcelone. La vision d’une cage remplie de vautours l’a mobilisé pendant plusieurs mois. Le motif est apparu sur le papier, l’artiste dessinant frénétiquement à plusieurs reprises et pendant plusieurs mois cette sorte d’alter ego lui faisant face au quotidien.
Après une première série d’environ 120 dessins, la charge émotionnelle engendrée initialement s’est tempérée. Le vautour est devenu l’ami de tous les jours, s’infiltrant aussi bien dans l’œuvre littéraire que visuelle de l’artiste. La plus récente série des fantasmes fragiles, qui fait l’objet de cette exposition, apparaît comme un codex représentant toutes sortes de vautours, de toutes sortes de manières, avec de multiples substances (crayon, gouache, aquarelle, sang, café, sperme, poils, etc.). Elle porte toutes les formes d’empreintes, tous les stigmates de l’existence. Elle porte aussi du texte, des notes. C’est une œuvre complète.

Artiste visuel, musicien et écrivain, Rober Racine a réalisé des performances célèbres comme Vexations, d’Erik Satie, une partition de 152 notes répétée 840 fois, exécutée de façon ininterrompue pendant plus de 14 heures au piano. Avec Salammbô, un roman de Gustave Flaubert qu’il retranscrit et lit à voix haute sur une vaste estrade correspondant à la structure du texte, il explore les dimensions physique, spatiale et temporelle de l’écriture. Ensuite, il commence à utiliser le dictionnaire de la langue française comme matériau.
Pendant 15 ans, il réalisera le Terrain du dictionnaire et les Pages-miroirs, s’attardant à découper les 55 000 mots et à enluminer d’or et de couleur les 2 130 pages du Petit Robert.
Rober Racine a exposé au Canada et à l’étranger, notamment à la Documenta de Cassel et à la Biennale de Venise. Il est l’auteur de romans dont Le mal de Vienne, Là-bas, tout près et L’ombre de la terre, publiés respectivement en 1992, 1997 et 2002. Il a collaboré avec Louise Déry au sein de plusieurs expositions au Canada, en Europe et en Asie.

Sur une proposition de Louise Déry, directrice de la galerie de l’Uqam, Montréal

Catalogue : Rober Racine. Fantasmes fragiles. textes de Rober Racine, Louise Déry et Julie Bélisle.

L’exposition « Rober Racine. Fantasmes fragiles» bénéficie du soutien du Ministère des Affaires étrangères du Canada, du Conseil des Arts du Canada, du Centre culturel canadien à Paris, du Ministère des Relations internationales du Québec (Commission permanente franco-québécoise, du Consulat général de France à Québec, de l’Université du Québec à Montréal et de la Galerie René Blouin de Montréal.


Cette exposition est inscrite
dans le cadre de « L’Année du Canada à Nice »

et de “francofffonies ! le festival francophone en france”,
16 mars -9 octobre 2006 - www.francofffonies.fr