Maxime Bondu
The Truth will set you free
19 septembre - 30 novembre 2014
Vitrines du musée


retour


« Tim Johnston réalise une étoile en commençant par tracer la nouvelle étoile sur le mur à l'aide d'un gabarit. Chaque étoile mesure 5,7 cm de haut par 5,7 cm de large et fait 1,3 cm de profondeur ; toutes les étoiles sont espacées de 15 cm les unes des autres, tout comme le sont les rangées entre elles. Johnston utilise à la fois un marteau pneumatique et un burin pour creuser le motif préalablement dessiné. Une fois qu'il a terminé de graver l'étoile, il dépoussière et peint l'étoile en noir, qui avec l'âge tend vers le gris. » Extrait de The Stars on the Wall, CIA Historical document, www.cia.gov

À la manière d'un archéologue, à la fois chercheur, historien, explorateur et conteur, Maxime Bondu cherche à déduire et à affabuler. Puisant dans des univers variés, de l'histoire à la science-fiction, il questionne l'idée de conquête, de point de vue et de recouvrement. Faisant acte de spéculation à partir de données avérées dans le présent, le passé ou anticipées dans le futur, le travail de Maxime Bondu, fait de reconstructions et de simulacres, est une invitation à se saisir de cette part d'incertitude irréductible, constitutive de notre réalité.

Fidèle à ses axes de recherche, Maxime Bondu présente dans les Vitrines du MAMAC une oeuvre inédite : The Truth Will Set You Free. Ce verset de l'Evangile selon Saint Jean, « Et vous connaîtrez la vérité et la vérité vous rendra libres » (Jn 8, 32), est gravé sur le mur de gauche du hall d'entrée du quartier général de la Central Intelligence Agency (CIA), à Langley (Virginie, USA).

Également situé dans le hall d'entrée, le Memorial Wall honore les employés de l'agence de renseignements américaine morts en mission. A chaque agent perdu sur le terrain, lui est substituée une étoile noire gravée dans le marbre du mur. Lorsqu'un agent « disparaît », Tim Johnston, l'actuel tailleur de pierre, sort d'un coffre fort le gabarit créé par son prédécesseur et entaille le mur.

Le projet de Maxime Bondu est ici de réinventer l'outil qui prévaut au bon positionnement des étoiles par rapport aux autres. Cet objet, qui alimenterait nombre de convoitises fétichistes, est conservé sous haute surveillance depuis sa création, en juillet 1974. L'artiste a recomposé cet artefact, en se basant sur un ensemble d'informations collectées par l'intermédiaire des sources disponibles, usant à la fois du recoupement des données existantes et de la déduction.

Symbole du geste de mémorisation nationale, cet outil déduit est ici utilisé pour répliquer le Memorial sous forme d'un dessin long de 7 mètres. Tel un wall drawing minimal, on y retrouve une structure élémentaire simplifiée usant de la répétition, de la combinaison de formes simples et d'une économie de moyens, qui induit une réflexion sur la perception des objets et leur rapport à l'espace. Maxime Bondu y juxtapose la photographie d'une offre d'emploi datant du 2 avril 1978, publiée dans le New York Times et émise par la CIA recrutant de nouveaux employés. Créée pour gérer des opérations clandestines sur sols étrangers - incluant assassinats politiques et renversements de pouvoirs démocratiques - la CIA convoque différents registres de la vision américaine du monde et de son impérialisme. Avec cette oeuvre, Maxime Bondu interroge l'idée du renseignement et les moyens mis en oeuvre dans sa collecte, mais plus largement notre rapport à l'histoire et à l'écriture de la mémoire.

Commissariat Claire Migraine / thankyouforcoming
www.thankyouforcoming.net


Cette exposition est réalisée dans le cadre de Market Zone,manifestation artistique interdisciplinaire et transfontalière dans l'espace public Nice (France) - Cunéo (Italie)
www.market-zone.eu