Pierre Marie Lejeune, Sculptures
10 juin au 15 septembre 2005


Parvis du musée

Pierre Marie Lejeune
Dessinateur - sculpteur, français, né en 1954.

« Elles offrent au public une promenade avec invitation à s’arrêter, s‘asseoir, se reposer, flâner, rêver, converser… »
Pierre Marie Lejeune

Cinq sculptures d’inox poli sont posées sur le parvis du musée : Top, Tif, Le L, Picto, Targa de 2003.Sur le métal brillant à miroir se reflètent les silhouettes des passants. Dans cette déambulation, ils rencontrent avec plaisir et amusement d’étranges formes géométriques dont une partie horizontale semble agencée pour leur permettre de se reposer. Elles ont une vague ressemblance avec une lettre de l’alphabet, un alphabet indéchiffrable d’ailleurs. Pierre Marie a une prédilection pour les signes et les lettres. L’une des sculptures, Picto, arrondie en O barré, prête son centre évidé aux enfants pour qu’ils l’investissent de leurs jeux. En fait, s’agit-il de meubles, d’œuvres d’art, d’objets décoratifs ? C’est un peu tout cela à la fois et là réside l’ambiguïté. L’œuvre d’art, traditionnellement, doit être regardée avec un immense respect et un éloignement nécessaire. Pierre Marie Lejeune préfère qu’on use familièrement de ses installations dans l’espace public. La sobriété de la ligne séduit, le fractionnement contrôlé de la surface de miroir déstabilise le regard par ce qu’il brise et continue à la fois l’image de l’environnement, de l’espace proche qu’on pensait maîtrisé. Une fois le premier moment d’interrogation passé, l’appropriation de l’objet se fait naturellement.

Quelques éléments biographiques :
« Pierre Marie Lejeune est aujourd’hui artiste et artisan, créateur et fabricant, balançant avec grâce entre la jouissance (c’est -à- dire ce qui ne sert à rien ») et l’usage. » François Barré.

Autodidacte, Pierre Marie Lejeune n’est resté que peu de temps à l’ Ecole des Beaux Arts, le temps de comprendre que les contraintes autres que celles des matériaux et de l’environnement ne le concernaient pas. Dessinateur, aquarelliste, peintre, sculpteur, agenceur de lieux, c’en est tout un pour lui.
1981, il rencontre Niki de Saint Phalle qui l’engage pour l’aider à peindre la Fontaine Stravinsky près du Centre Pompidou à Paris. A partir de là, il la secondera dans plusieurs de ses projets, notamment au « Jardin des tarots » de Garavicchio en Toscane jusqu’en 2000. Il y crée du mobilier en céramique, en 1987-88, une « antiboutique ». Il crée pour le Jardin d’ Escondido en Californie, qui sera terminé après le décès de l’artiste, 3 « Rubans » de 15 m de long chacun (polyester et marbre qui serviront de banc pour l’accueil du public.
1983, il fait un séjour à Louqsor en Egypte, grâce à une bourse de la Villa Médicis hors-les-murs. Il en revient en 1986 et décide de fonder une coopérative d’artistes qui en demeure au stade de l’amorce devant les résistances de la critique.
1994, dans sa volonté affirmée de s’ouvrir à toutes formes d’expression plastique, il accepte de concevoir l’agencement de la boutique Flammarion 4 au 25 de la rue du Renard, à Paris. Cette même année, il construit pour un particulier une cheminée de grande taille où s’allient métal, verre, miroir, béton, et lumière.
1995, il invente des sièges, des lampes, des giro-sculptures, faites de fragments industriels divers associés à la pierre ou au métal. Pierre Marie Lejeune aime le monde de l’usine et tous les matériaux disponibles dans un tel univers. Il lui arrive de détourner certaines productions de vile nature, comme le caoutchouc, se rapprochant occasionnellement de l’Arte Povera.
1999, il se prend à décliner certaines formes proches des lettres, des formes intrigantes dans leur simplicité et leur netteté, traitées comme des émaux cloisonnés ; mais dans les délimitations de métal, ce sont des plaques d’acier poli miroir qu’il incruste ; elles reflètent l’environnement, renvoyant à l’infini lumière et images mouvantes.
2001, Pierre Marie rejoint le Centre Européen de Recherche et Formation sur les Arts Verriers. Il travaille à une association délicate, celle de l’acier et du cristal. Les objets, de plus ou moins grandes tailles, sont des paradoxes alliant une structure métallique robuste d’où jaillit un tube de cristal ondoyant comme en fusion dans lequel sourd une lumière aux reflets d’eau.
2004, il poursuit sa recherche sur les possibilités de certains matériaux de redonner dans l’ombre la lumière qu’ils ont absorbée, tout en continuant à créer les meubles, des sièges presque toujours, qu’il privilégie dans un rapport de familiarité avec l’homme.

Expositions personnelles

2004 Capalbio, Toscane, Italie, Fondation du Jardin des Tarots, 20 juin - 30 septembre.
Paris, Galerie Dominique Verbeke, Espace Sparts, « Mobilier Libre », mars.

2003 Metz, Arsenal, « Alpha-Omega », 21 juin - 21 septembre, catalogue.
Cologne, Allemagne, Galerie Osper, « Illuminierte Skulpturen und Objekte », avril.
Hanovre, Allemagne, Galerie Robert Simon, « Neue Skulpturen », mars.

2002 Paris, J.G.M. Galerie, « Sculptures lumineuses », 8 novembre - 7 décembre.

2001 Cologne, Allemagne, Galerie Osper, « Skulpturen und Objekte », février.

2000 Leverkusen, Allemagne, « Skulpturen und Objekte », exposition organisée par le groupe de chimie BAYER, mai.

1995 Paris, J.G.M. Galerie, « I Love Arts », 22 novembre - 23 décembre.

1985 Alexandrie, Egypte, Centre Culturel Français.

1984 Le Caire, Egypte, Centre Culturel Français.

Expositions collectives

2005 Paris, J.G.M. Galerie, « Art Paris », avril.
Pékin, Chine, Musée des Beaux- Arts, « Awakening : la France Mandarine », organisée par la Contrast Gallery, mars - avril.

2004 Angers, J.G.M. Galerie, « Triptyque », 9 octobre - 21 novembre.
Metz, quartier de Saint-Julien, espace public, installation définitive d’une fontaine « Omega », commande, septembre.
Bruxelles, Belgique, J.G.M. Galerie, « Art-Bruxelles », mars.
Celle, Allemagne, 24 Stunden Kunstmuseum, achat d’1 pièce lumineuse pour la collection permanente.

2003 Saint-Paul-de-Vence, Galerie Guy Pieters, octobre - novembre.
Metz, Saint-Julien, Simoni Galerie.

2002 Paris, J.G.M. Galerie, « Associations », décembre.
Cologne, Allemagne, Foire « Art-Cologne »,(stand de) la Galerie Delaive d’Amsterdam, Hollande, du 30 octobre au 3 novembre.
Paris, J.G.M. Galerie, F.I.A.C., 24 au 28 octobre.
Chantilly, espace public, « Le printemps de la sculpture », installation d’une fontaine, juin - septembre.
Nice, Mamac, atelier, 7 mars - 27octobre.
Taipei, Taiwan, Galerie Hugo Liao, janvier - mars.
Hanovre, Allemagne, Galerie Robert Simon.

2001 Paris, J.G.M. Galerie, « Nouvel accrochage », mai.
Strasbourg, J.G.M.Galerie, Foire d’Art contemporain, 2 au 5 février.
Francfort, Allemagne, Foire des éditeurs d’Art ; (Stand de) Galerie Mu-Création, Holsbeek, Belgique.

2000 Gand, Belgique, Foire d’Art contemporain « Lineart » ; (Stand de) Galerie Mu-Création, Holsbeek, Belgique, décembre.
Nuremberg, Bavière, Allemagne, « Kunst trifft Kautschuk », septembre.
Cologne, Allemagne, Galerie Osper, « Format », septembre.
Dusseldorf, Allemagne, « Art Barn », sculptures en plein air, 19 août - 23 septembre.
Paris, J.G.M. Galerie, août - septembre.
Jouy sur Eure, Moulin de Lambouray, Galerie Verbeke, « D’eau et de grain », 6 juin - 30 septembre.
La Haye, World Water Congress, Installation d’une fontaine devant le siège du gouvernement hollandais, juin à septembre.
Francfort, Allemagne, Foire des éditeurs d’Art ; (Stand de) Galerie Mu-Création, Holsbeek, Belgique.
La Haye, Foire d’Art contemporain ; (stand de) Galerie Plus, Anvers, Belgique.

1999 Gand, Belgique, Foire d’Art contemporain « Lineart » ; (Stand de) Galerie Mu-Création, Holsbeek, Belgique, décembre.
Colonne, Allemagne, Galerie Osper, sculptures en plein air, juillet et août.
Paris, Hôtel Dassault, « N@rt » .
Francfort, Allemagne, Foire des éditeurs d’Art ; (Stand de) Galerie Mu-Création, Holsbeek, Belgique.


1993-1999
Dessins pour des tee-shirts, cravates, bijoux édités par Flammarion 4.

1998 à 1991
Participation à diverses expositions avec la J.G.M. Galerie : Fiac, Foire de Bâle, Salon de Mars, Découvertes, Biennale des galeries Monte Carlo…

1997 Paris, Passage de Retz, « Le Cœur ».
Orbetello, Italie, « Le Jardin des Tarots ».

1996 Paris, Carrousel du Louvre, « Les trentenaires font leur show ».
Rochefort, Musée d’Art et d’Histoire et Maison de Pierre Loti, « BLEU ».
Capalbio, Italie, Jardin des Tarots, Mobilier de boutique, architecte Mario Botta.

1995 Genève, Suisse, Galerie Guy Bärtschi, « Accrochage » décembre 1995 à février 1996.
Paris, Galerie S 21, « Dessins de sculpteurs », 18 octobre - 25 novembre.

1993 Paris, Hôtel de la Monnaie et Espace Art et Patrimoine, Bourse « Saint Germain des Beaux Arts ».
1991 Paris, Hôpital Ephémère, « Idées de Cités », projets pour l’architecture.

1990 Paris, J.G.M. Galerie, « Nouvelle Génération ».
Tokyo, Japon, « Message Machine ».

1989 Arc et Senans, Salines Royales, « Les bâtisseurs de Karnak ».
Paris, Centre Georges Pompidou, atelier des enfants,« Inventaire 89 », mobilier en polyester.

1983-85-86
Montrouge, Salon de Montrouge.

Aide à la Création

1990 Fiacre, Ministère de la Culture, (bourse) recherche et réalisation de mobilier en céramique.
1983 - 84 Louxor, Egypte, Ministère des Affaires Etrangères, Villa Médicis Hors les Murs.

En préparation

2005 Pontoise, Installation d’un Megama, sculpture lumineuse monumentale de 7 m, Centre hospitalier Sainte Marie, août.
Metz, Saint-Julien, Simoni Galerie, exposition personnelle.

2006 Shanghai, Chine, Contrast Gallery, exposition personnelle.
Pékin, Chine, Contrast Gallery, exposition personnelle.