Albert CHUBAC
28 janvier - 06 juin 2004

Dossier de presse

-
-
-
-

ALBERT CHUBAC

Fils de Louis Chubac, d’origine suisse et russe, commerçant, et d’Isabelle Pach, Albert Chubac est né le 29 décembre 1925 à Genève ; son frère et lui partagent leur enfance entre Genève et Annecy (Savoie), où la famille possède une petite maison.
En 1938 après le décès de sa mère, puis de celui de son père quelques mois plus tard, il est élevé par sa grand-mère maternelle et son parrain, son tuteur.
1942 : interrompant ses études secondaires, il suit à Genève l’Ecole des Arts Décoratifs ; il a comme professeur Eric Poncy.
Une fois diplômé des Arts Décoratifs, en 1945, il entre aux Beaux-Arts. L’enseignement du professeur René Guenand l’incite à devenir peintre ; il reçoit une bourse pour poursuivre ses études.
En 1946, il découvre Paris à l’occasion de voyages d’études avec ses professeurs. Un séjour à Uzès sera par ailleurs déterminant pour sa palette de couleurs, proche de celle de Bonnard.
1947 Diplômé de s Beaux-Arts, il est bénéficiaire de trois bourses d’études qui lui sont allouées pour voyager. Départ pour l’Algérie pour un an ; à Laghouat il vit parmi les indigènes, puis effectue des séjours fréquents à Ghardaia et à Ouargla ; il y rencontre un peintre boursier français. Il termine son voyage à Alger et à la Villa d’Essay. Il réalise à cette période des peintures figuratives sur papier.
En 1948 il regagne Genève qu’il quitte pour Paris. Il voyage en Espagne durant quelques mois, fait la connaissance à Barcelone du céramiste Artigas, point de départ d’une grande amitié. Il peint sur les plages à la manière de Dufy et de Matisse.
A Paris, Georges Mathieu organise à la galerie Montparnasse une exposition confrontant l’abstraction gestuelle européenne et l’abstraction de l’Ecole de New York.
Création du groupe Cobra à Bruxelles. Entre 1948 et 1951, Cobra dont le foyer est établi à Bruxelles, édite une revue et organise plusieurs expositions dont les expositions d’art expérimental à Amsterdam (1949) et à Liège (1951).
La collection Guggenheim voyage à travers l’Europe pour faire la promotion de l’Ecole de New York.
En 1949, à Paris, Albert Chubac fait de nombreuses rencontres par le biais de son ami Artigas, notamment celle du critique d’art Pierre Courthion, qui lui fait découvrir le travail de Nicolas de Staël ; un ami modéliste lui présentera ensuite l’artiste qui aura une très grande influence sur son travail marqué jusqu’ici par son goût pour des peintres tels que Braque, Matisse, Miro et Léger.
Il séjourne en Italie, puis s’embarque à Brindisi pour la Grèce.
Il découvre Athènes, séjourne quelques semaines à l’Ecole d’Archéologie, visite les îles des Cyclades. Il fait la connaissance de l’écrivain Spiteris qui lui obtient un atelier d’artiste à Mykonos ; il y vit durant huit mois.
Son travail reflète à présent l’influence de l’antiquité égyptienne. C’est le début des grands aplats sur un épais papier gris-beige.
Série d’aquarelles à petites tâches.
1950 Il passe trois semaines au Mont Athos avec Spiteris, dont il illustrera un ouvrage
Il part pour l’Egypte, débarque au Caire et se rend chez un père jésuite qui lui a été recommandé. Ils parcourent ensemble la vieille Egypte, les petits villages du bord du Nil et parviennent en Haute Egypte. Il fait alors la rencontre du prince Séraphin El Minia, riche propriétaire terrien qui deviendra un fervent collectionneur de ses œuvres.


1951
Exposition personnelle au Musée de Zappiom, Athènes, organisée par son ami Spiteris ; Chubac vend à cette occasion de nombreuses toiles. Initialement établi au village d’El Minia il est ensuite, pour des raisons de sécurité, hébergé dans une des fermes du prince ; celui-ci l’approvisionne en papier et en peinture. Durant cette période Albert Chubac vit au milieu des indigènes, fréquentant les marchés et se déplaçant à dos d’âne, comme un fellah.
1952 retour Genève puis départ pour Paris.
Chubac achète une maison à Aspremont dans les Alpes-Maritimes, un cabanon sans route, sans eau, sans électricité pour y séjourner tous les étés.
Sa peinture, abstraite à cette période, exprime l’influence de De Staël, Hartung et Mathieu.
Le critique Michel Tapié crée le concept d’ « Art informel » en opposition avec l’abstraction géométrique ou formelle représentée par Herbin.
1954 Exposition personnelle, galerie Amman, Genève
Entre 1954 et 1955 il séjourne à Londres répondant à l’invitation de la second épouse de Sir Alexandre Fleming ; il s’installe à Chelsea. Ses relations avec Fleming lui permettent de vendre de petits collages informels.
Cette année-là, Nicolas de Staël s’installe à Antibes en septembre, dans un atelier situé sur les remparts, face à la mer.
1955 Au cours d’un séjour sur la Côte d’Azur, il se lie d’amitié avec Martial Raysse et Claude Gilli.
A Paris Le Musée National d’Art Moderne présente en avril-mai, 50 ans d’art aux Etats-Unis, des toiles de la collection du Museum of New York avec, parmi les participants, Willem de Kooning, Jackson Pollock et Franz Kline.
Nicolas de Staël se suicide à Antibes.
1956 Exposition personnelle à la galerie Connaître, Genève.
Le musée Galliéra à Paris présente en janvier 75 peintres américains contemporains.
1957 Exposition personnelle à la galerie La Palette, Zurich.
A Paris, la Galerie Arnaud présente «Artistes abstraits américains de Paris ».
Fondation du groupe Zéro à Düsseldorf : Heinz Mack,Otto Piene et Günther Üecker.
De 1957 à 1958, la galerie Longchamp (située rue Longchamp à Nice, et aujourd’hui disparue) expose Claude Gilli, Martial Raysse, Albert Chubac et Brandy qui peignent des toiles abstraites façon Ecole de Paris.
Les recherches de Chubac, jusque-là empreintes d’un certain classicisme, se rapprochent de la démarche du Nouveau Réalisme. Il réalise des sculptures avec des matériaux de récupération, fil de fer et boîtes de conserve.
Raysse lui montre ses premiers travaux.
Il rencontre Ben, Alocco, Serge III, Venet…
1958 Exposition personnelle, galerie L’Entracte, Lausanne.
En octobre, Ben ouvre son magasin, le Laboratoire 32, rue Tonduti de l’Escarène à Nice. Premières écritures et actions de Ben et réalisation de la première exposition Scorbut avec Ben, Albert Chubac, Claude Gilli et Martial Raysse.
La première Biennale de Paris est inaugurée en octobre par André Malraux au Musée d’Art Moderne de Paris. C’est une étape essentielle vers la formation du groupe des Nouveaux Réalistes.
Premières lacérations de Lucio Fontana à Milan.
En 1960 Albert Chubac fait la connaissance d’un marchand américain, Hubert Meyer, et expose à New York. C’est le premier artiste de l’Ecole de Nice à exposer dans cette ville.
Il s’installe définitivement à Aspremont ; il découvre chez un marchand de bois des petits bâtons de bois, et dans les drogueries du Vieux-Nice un grand choix de pigments de couleur, qui vont donner une nouvelle orientation à son travail : il commence à réaliser des sculptures modifiables de couleurs vives.
Exposition de groupe au musée Rath, Genève et à la galerie l’œil écoute, Lyon.
Formation à Paris du Nouveau Réalisme sous la direction de Pierre Restany et d’Yves Klein. En avril paraît le premier manifeste rédigé par Restany, suivi, un peu plus tard d’un second intitulé 40° au dessous de Dada.
Le 18 novembre 1960, Ier Festival d’Art d’Avant-Garde des Expositions, Porte de Versailles à Paris. Les Nouveaux Réalistes invités par Michel Ragon y participent.
1961 Exposition personnelle, World House Gallery, New York
Le critique d’art Michel Ragon baptise Nouvelle Figuration la réaction à l’art informel, qui s’affirme chez un Pierre Alechinsky, un Asger Jorn, un Francis Bacon.
Au Salon Comparaisons à Paris en février, une salle est réservée aux Nouveaux Réalistes sous la direction de Villeglé ; Dufrêne, Rotella, Spoerri et Tinguely y participent.
Le 13 juillet est inauguré à Nice, le 1er festival du Nouveau Réalisme.
1962 Après la mort d’Yves Klein, le 6 juin, à Paris d’une crise cardiaque, Albert Chubac comme d’autres Niçois se rapproche des Nouveaux Réalistes
Exposition collective, World House Gallery, New York,
A Paris, Arman expose Le Plein à la Galerie Iris Clert.
Raysse s’inscrit comme le plus pop des Nouveaux Réalistes.
Le 8 février est inaugurée à la Neue Galerie in Kunsterhaus à Munich, le 2ème Festival du Nouveau Réalisme, sur le principe d’actions spectacles accompagnant une exposition d’œuvres, comme à Nice lors du 1er Festival en 1961. Christo participe pour la première fois à une manifestation collective du groupe, manifestation qui peut être considérée comme la fin des activités collectives du groupe des Nouveaux Réalistes.
Le Premier Festival des Arts Plastiques de la Côte d’Azur est organisé en été à Antibes.
Formation du groupe Fluxus. Le tour d’Europe des manifestations Fluxus se poursuit, avec, en octobre à Amsterdam, une manifestation sous le label Parallele ausfuhrungen neuester musik, suivie du Festival of the Misfits (festival des désaxés) à Londres du 23 octobre au 8 novembre, organisé par Daniel Spoerri à la Gallery One, avec comme invités Robert Filliou, Robin Page, Ben Vautier.
Le grand événement de l’année à New York est l’exposition « The Art of Assemblage » organisée par William C. Seitz au MoMA du 2 octobre au 12 novembre. Les Nouveaux Réalistes y participent.
1963 Chubac entreprend une série de tableaux intégrant des roues de bicyclette.
Après avoir abandonné la toile et le châssis, vite lassé des objets bruts et de rebut, il se libère de l’objet et commence à peindre à la bombe, en vient à la forme pure puis commence à construire des objets avec des aplats de couleur.
Avec le temps, bleus et rouges deviennent plus tendres, moins brutaux, plus nuancés. Une période « plexi » : Claude Viallat l’amène chez Vernassa.
Albert Chubac effectue chaque année un séjour à Paris à l’automne.
Le 8 février est inaugurée à la Neue Galerie in Kunsterhaus à Munich, le 2ème Festival du Nouveau Réalisme, sur le principe d’actions-spectacles accompagnant une exposition d’œuvres. Christo participait pour la première fois à une manifestation collective du groupe, manifestation qui peut être considérée comme la fin des activités collectives du groupe des Nouveaux Réalistes.
La première exposition de groupe sur le Pop Art américain a lieu dans la galerie parisienne d’Ileana Sonnabend avec des œuvres de Lee Bontecou, John Chamberlain, Claes Oldenburg, James Rosenquist, Tom Wesselmann et Andy Warhol ; à cette occasion, les oeuvres d’Andy Warhol sont montrées pour la première fois à Paris avec Twenty Marylins, 1962, Four Marylin in Colour, 1962 et Big Tom Campbell’s Soup Can , 1962.
Le Tour d’Europe de Fluxus se termine à Nice où se déroule le Festival Mondial Fluxus art Total du 25 juillet au 3 août, organisé par Ben avec la participation de Georges Macunias.
1964 Deux manifestations mettant en confrontation le Pop Art et le Nouveau Réalisme ont lieu, la première à la Kunst Akademie de Berlin sous le titre « Pop Art, Neue Realisten », et la seconde au Haags Gemeente Museum de La Haye, « Nieuwe Realisten » du 24 juin au 30 août.
1965 Festival d’arts plastiques de la Côte d’Azur
Kunsthalle, Bern
L’exposition « Pop Art, Nouveau Réalisme » est présentée en février au Palais des Beaux-Arts à Bruxelles, avec des œuvres de Yves Klein entre autres.
1966 Maison de la Culture, Nice
Peintres méditerranéens, Nice
Festival d’arts plastiques de la Côte d’Azur
A l’occasion de la XXXIIIème Biennale de Venise, la Galleria del Leone invite à «10 Superealisti.» Arman, Ben, Chubac, Farhi, Gette, Gilli qui expose ses coulées pour la première fois, Malaval, Serge III, Venet et Viallat
Durant l’été, du15 juillet au 25 septembre, Jacques Lepage et Claude Viallat organisent au musée d’art moderne de Céret la manifestation « Impact » avec plus de 28 exposants dont : Arman, Ben, Buraglio, Buren, Cane, Chubac, Dufo, Eppelé, Farhi, Gette, Gilli, le groupe Fluxus Nice, Malaval, Parmentier, Rouan, Toroni, Venet et Viallat.
Une exposition à la galerie A à Nice, « Le Litre de Var supérieur coûte 1,60 F » réunit en octobre Alocco, Ben, Bozzi, Brecht, Chubac, Dietman, Farhi, Klein, Mosset, Serge III, Viallat.
La galerie L’Œil écoute à Lyon organise du 19 novembre 1966 au 2 janvier 1967, la première exposition intitulée « Ecole de Nice » avec Arman, Chubac, Deschamps, Farhi, Gilli, Malaval, Pavlos, Venet, Viallat.
Martial Raysse triomphe à la XXXIIIe Biennale de Venise et obtient le prix David Bright récompensant un artiste de moins de 40 ans.
César expose en juillet à la galerie Madoura à Cannes ; Arman, Chubac, Gilli, Venet, Rottier, Strauch, etc. assistent au vernissage.
1967 Exposition personnelle galerie Loo, Genève , Salon Comparaison, Paris, Aspects, Chexbres
La première exposition structurée «Ecole de Nice ? » est organisée du 18 mars au 18 avril par Alexandre de la Salle, dans sa galerie de Vence, avec la collaboration de Francis Merino ; y sont présentés : Alocco, Arman, Arnal, Ben, César, Chubac, Farhi, Gette, Gilli, Malaval, Annie Martin, Raysse, Venet, Viallat. Pierre Restany écrit un texte pour le catalogue et Arman réalise une lithographie. Albert Chubac y présente une construction .
Une exposition de documents concernant l’Ecole de Nice est organisée par Jacques Lepage du 25 décembre 1967 au 7 janvier 1968 au Club Antonin Artaud (Les Vaguants) rue Alberti à Nice avec Alocco, Arman, Ben, Biga, Brecht, Chubac, Farhi, Gette, Gilli, Klein, Pollet-Leclerq, Malaval, Raysse, Tréal, Venet, Verdet, Viallat.
Le Ve Festival des Arts Plastiques de la Côte d’Azur présente à Nice et à Antibes, du 13 décembre au 15 janvier 1968, divers courants de l’art actuel : « 20 peintres catalans d’aujourd’hui ». Le groupe Pattern-Perspectives nouvelles – le G.I.A.P. ; parmi les participants, on note : Bioulès, Buraglio, Comby, Desgans, Dezeuze, Equipo Cronica, Kermarrec, Moreau, Pagès, Saytour, Schöffer, Stampfli, Verdet, Viallat, Villeri.
Création du C.N.A.C., Centre National d’Art Contemporain à Paris, le 23 octobre, en tant qu’organe officiel, chargé de développer une politique de promotion de l’art contemporain et d’animer les études et les recherches en matière graphique et plastique. Le C.N.A.C. s’installe dans les locaux de la Fondation S. de Rothschild, rue Berryer.
Naissance de l’Arte Povera marquée par une exposition à la Galleria la Bertesca à Gênes.
1968 La galerie de la Salle consacre à Albert Chubac une exposition personnelle, la première en ce lieu, du 30 mars au 11 mai.
Jacques Lepage édite depuis Coaraze, un ouvrage, Dossier 68, comportant 48 lithographies, sérigraphies, collages, etc. de 48 artistes de moins de 35 ans, appartenant à la mouvance Ecole de Nice et futurs supports-surfaciens, ouvrage qui remplace le festival des arts plastiques.
Le 18 mai, Alocco, Chubac, Saytour, Viallat réalisent une exposition de plein air, «Quelque chose », à Hawaï Plage en face du Palais des Festival à Cannes ; sans grand succès étant donné le contexte politique et social, avec en plus un Palais des Festivals en état de siège.
Expositions de groupe au Musée de l’Athanée, Genève, à la galerie Schwarz, Milan et à la galerie Bonnier, Lausanne.
Des expositions de plein air rassemblant des artistes niçois se déroulent en Italie à Anfo et Fiumalbo du 18 août au 3 septembre, « Oltre l’avanguardia », puis du 5 au 18 octobre à Novara, « Un paese + l’avanguardia artistica », avec Alocco, Chubac, Dolla, Pagès et Viallat parmi les exposants.
Nice participe du 5 octobre au 11 novembre au Salon d’automne de Lyon, Palais Bondy, avec « Ecole et Néo-Ecole niçoises » présentées dans le catalogue par un texte de Jacques Lepage avec Alocco, Chubac, Dolla, Saytour, Venet, Viallat. Chubac rencontre Daniel Biga.
1969 La bibliothèque municipale de Tours invite des artistes de l’Ecole de Nice et de INterVENTION à une manifestation intitulée « Environs 1 : Origine Nice », du 2 au 22 mai avec la participation de Alocco, Ben, Chubac, Dolla, Farhi, Maccaferri, Miguel, Pagès, Saytour, Viallat.
L’Ecole de Nice est représentée au salon de Mai à Paris du 12 mai au 1er juin par Alocco, Ben, Charvolen, Chubac, Dietman, Farhi, Gette, Gilli, Pagès, De Rosny, Roualdès, Saytour, Viallat.
L’exposition « Sigma 5, Recherche et Province », confronte du 17 novembre au 7 décembre à la galerie-exposition des Beaux-Arts de Bordeaux, des artistes de l’Ecole de Nice avec le Groupe de Verzon, le Groupe du Centre d’Art plastique d’Acquitaine et le Groupe des Beaux-Arts. La sélection niçoise est représentée par Alocco, Arman, Ben, Cane, Chubac, Dietman, Dolla, Farhi, Fredrikson, Gette, Gilli, Ischi, Klein, Malaval, Pagès, Saytour, Serge III (avec le contenu d’une armoire normande), Tobas, Venet ; Pinoncelli réalise un happening d’ouverture de la semaine Sigma le 17 novembre.
1970 Exposition personnelle Maison des Jeunes et de la Culture de Magnan, Nice et à la Maison de la Culture Le Corbusier de Firminy, Salon des Réalités nouvelles, Paris, Biennale de Menton, Palais de l’Europe
La Ville de Montpellier accueille « 100 Artistes dans la ville » du 5 au 20 mai, avec des travaux de Alocco, Anderson, Arnal, Bioulès, Cane, Charvolen, Chubac, Devade, Dezeuze, Dolla, Maccaferri, Miguel, Pagès, Pincemin, Saytour, Serge III, Valensi, Viallat.
La galerie Alexandre de la Salle à Vence présente du 27 mars au 12 avril, INterVENTION 70 organisée par Raphaël Monticelli, avec la participation d’Alocco, Charvolen, Dolla, Maccaferri, Miguel, Osti. A la suite de cette manifestation est créé le Groupe 70 avec Chacallis, Charcolen, Isnard…
L’Ecole de Nice participe à la 8ème Biennale de Menton, avec la collaboration de Jean Ferrero ; parmi les artistes présentés, du 3 juillet au 15 septembre figurent Alocco, Arman, Baviéra, Belleudy, Ben, César, Farhi, Ferrero, Gilli, Klein, Malaval, Raysse (lequel commence sa série Coco Mato), Venet, Vernassa, Villeri.
Guido Le Noci, Paolo Pilliteri et Pierre Restany organisent et inaugurent le 27 novembre, dix ans jour pour jour après la publication par Yves Klein du Journal Dimanche 27 novembre 1960, une grande exposition Rotonda della Besana à Milan, célébrant le Xe anniversaire de la fondation du groupe des Nouveaux Réalistes. Une série d’actions-spectacles auxquelles participent les membres du groupe (sans Yves Klein, disparu en 1962) se déroule du 27au 29 novembre en divers points du centre-ville. Pierre Restany rédige le catalogue documentaire.
1971 Expositions personnelles, galerie Germain, Paris et école F. Léger, Malakoff.
Expositions collectives, galerie des Quatre Mouvements, Paris ; musée Galliéra, Paris ; galerie Denise René, Paris.
A l’instigation de Marcel Alocco, le Groupe 70 expose à Nice, du 9 au 20 janvier, dans l’appartement de Louis Chacallis, 29 rue de la Préfecture. Chacallis, Charvolen, Isnard, Maccaferri, Miguel réalisent ainsi leur première exposition
Le 1er juin à Nice, Patrick Saytour et André Valensi publient un manifeste Supports-Surfaces.
1972 Albert Chubac expose sur la place de son village, Aspremont, et participe à des expositions de groupe à la galerie Lucien Durand, Paris et au musée d’Art et d’Industrie, de Saint-Etienne.
La nouvelle galerie Royal Luxembourg à Nice consacre aussi une exposition à Chubac.
Sculpture contemporaine, Montmirail
Comparaisons, Copenhague
Le Peintre Henri Baviéra organise dans sa maison de Saint Paul de Vence du 13 au 23 juillet une exposition « Le Jardin d’Exposition », avec la participation d’une cinquantaine d’artistes et de musiciens dont les Niçois Alocco, Baviéra, Ben, Biga, Borsotto, Chacallis, Charvolen, Chubac, Dolla, Isnard, Maccaferri, Miguel, Roualdès, Verdet, Viallat.
Une première rétrospective « Ecole de Nice, 1953-1973 » est organisée au Studio Ferrero du 14 octobre au 5 janvier 1973 avec 27 participants et 150 œuvres de 1953 à 1973. Alocco, Arman, Ben, Biga, Bizoz, César, Chacallis, Charvolen, Chubac, Dolla, Erebo, Farhi, Flexner, Goa, Gilli, Isnard, Klein, Lachèze, Maccaferri, Malaval, Martinez, Miguel, Raysse, Serge III, Sosno, Tréal, Venet, Verdet, Vernassa, Wurz.
Une importante rétrospective Fernand Léger est organisée en janvier au Grand Palais à Paris, avec des œuvres en provenance du monde entier.
Dernière exposition Supports-Surfaces.
Pour la première fois à Nice a lieu du 18 mai au 14 juin, une exposition personnelle de César, César à Nice, à la galerie des Ponchettes.

1973 Albert Chubac expose à la galerie Ferrero, Nice.
Parution de NON LIEU, édition de Jacques Lepage en 70 exemplaires signés et numérotés, comportant des textes de Lepage. Chaque artiste crée une œuvre originale : Arman (lithographie), Ben (écriture manuscrite), Cane (tissage), Chubac (multiple), Dolla (lithographie), Farhi (sérigraphie)
Le 26 janvier, l’émission Le Forum des Arts, animée par André Parinaud et Jean-Jacques Levêque, consacre une émission à L’Ecole de Nice. L’Ecole de Nice est représentée à cette émission par Alocco, Ben, Biga, Chubac, Dolla, Maccaferri, Oldenbourg, Arman, Farhi, Gilli, Malaval, Venet, Hayart, Verdet, Delaunay.
Mort de Pablo Picasso
« Photorealism », exposition à la Serpentine Gallery à Londres.
1974 Exposition personnelle à Art-Club, Antibes.
Au pied de la Fondation Maeght, Alexandre de la Salle inaugure, le 20 juillet, sa nouvelle galerie de Saint-Paul avec une exposition sur l’Ecole de Nice « Dix artistes de l’Ecole de Nice » : Alocco, Arman, Ben, Chubac, Farhi, Gilli, Klein, Malaval, Raysse, Verdet. L’affiche est réalisée par Arman avec des tampons Ecole de Nice.
Ouverture du Premier salon international d’Art contemporain dans l’ancienne gare de la Bastille à Paris ; ce salon deviendra en 1975 une foire internationale d’Art contemporain, la FIAC et s’installera en 1976 au Grand Palais.
1975 La galerie Jacques Boudin, 19 rue de Dijon à Nice, est inaugurée en janvier avec une exposition Albert Chubac. En avril, y exposeront, le Groupe 70, Alocco et Serge III.
A l’occasion du festival du livre de Nice qui se tient du 3 au 8 mai au Palais des Expositions, présentation d’œuvres d’Alocco, Ben, Biga, Chubac, Erebo, Goalec, Groupe 70, Massa (Jean Mas), Serge III, Bernard Tréal.
Création de la FIAC, foire internationale d’Art contemporain,Paris.
1976 Les musées et fondations de la Côte d’Azur montrent pour la deuxième année consécutive leurs collections au Japon « Ecole de Nice »,Tokyo, Osaka, Kobe ; 360 œuvres, avec une section consacrée à l’Ecole de Nice premier regroupement des artistes, à l’initiative de Farhi, avec Arman, Ben, César, Chubac, Farhi, Pluchart, Gilli, Klein, Malaval, Raysse, Venet, Verdet et Viallat.
A Paris : la galerie Beaubourg inaugure ses nouveaux locaux, rue du Renard, avec une exposition sur les « Nouveaux Réalistes »(premières œuvres peu connues en France) du 6 octobre au 13 novembre, suivie de « César-Travaux Récents », 17 novembre-31 décembre. Parallèlement la galerie Larcade, rue du Temple, expose les Affichistes, Dufrëne, Hains, Rotella, Villeglé.
1977 En avril ouverture de la galerie Anne Roger, rue du Congrès à Nice ; expositions de Autard, Baran, Ben, Bibonne, Casimiro, Castellas, Chaumard, Chubac, Demozay, Dmitrienko, Fenollabbate, Godart, Goiran, Isnard, Lanneau, Masurovsky, Mercier, Gérard, Pincemin, Poivret, Serée, Thupinier.
« Ecole de Nice », galerie de la Salle, Saint-Paul de Vence
« A propos de Nice », Musée national d’art moderne, Centre Georges Pompidou, Paris : le premier étage du Centre accueille, jusqu’au 11 avril, la manifestation conçue et organisée par Ben Vautier et Maurice Eschapasse : travaux de 30 artistes témoignant de l’essentiel de la création artistique à Nice et alentours depuis 1947, avec le choix plus particulier de trois tendances à répercussion internationale ; Nouveau Réalisme, Supports-Surfaces, Fluxus-Art Total avec Alocco, Arman, Ben, Brecht, Cane, Chacallis, Charvolen, Chubac, Dietman, Dolla, Farhi, Filliou, Flexner, Gilli, Isnard, Klein, Rotraut, Maccaferri, Malaval, Martinez, Mas, Miguel, Serge III, Pagès, Pinoncelli, Raysse, Saytour, Valensi, Venet, Viallat.
Le 23 décembre, Alexandre de la Salle célèbre le 10ème anniversaire de la première exposition « Ecole de Nice ? » avec « Ecole de Nice ! Dix ans 1967-1977 ». De nouveaux créateurs rejoignent le clan des vétérans : Charvolen, Chacallis, Dolla, Flexner, Isnard, Maccaferri, Miguel, Pinoncelli ; César était absent de l’exposition. Catalogue avec des textes de Jacques Lepage, Raphaël Monticelli, Pierre Restany.
Le Centre national d’art et de culture Georges Pompidou est inauguré le 31 janvier par le président Valéry Giscard d’Estaing en présence de Mme Claude Pompidou.
1978 La galerie associative Gal/Athée récemment ouverte au 7 rue Saint François de Paule à Nice expose du 17 février au 17 mars Baud, Beiso, Ben, Caire, Chubac, Cocco, Dupuy, Erebo, Gresse, Guibert, Guillot, Lafargue, Lassalle, Lestrade, Loussaut, Renouf, Slobodan, Spapperi, Tasic, Thiry, Viguier.
Exposition personnelle, galerie Anne Roger, Nice
1979 Le CARI propose en octobre et novembre, « Sculpture à la Villa Arson ou l’Espace en question » avec la participation de Anasse, Angel, Cantin, Chubac, Farioli, Fredrikson, Gunji, Ischi, Logan, Martin, Rossigneux, Vernassa. Le catalogue reproduit un texte de chaque artiste.
exposition collective, galerie de la Salle, Fiac, Paris,
Exposition collective, galerie Anne Roger, Foire de New York,
« Pop Art Américain Aujourd’hui » à la Galerie d’Art Contemporain des musées de Nice (10 novembre 1979-6 janvier 1980) accueille neuf artistes.
1980 Chubac expose du 8 août au 9 septembre à la galerie de la Salle à Saint-Paul de Vence
« Nice à Berlin », (« Nizza in Berlin ») à la DAAD Galerie de Berlin, une exposition organisée par des Niçois : Claude Fournet, Ben Vautier, Marc Sanchez avec leurs homologues allemands. Deux grandes lignes de force se dégagent, faisant l’objet chacune d’une exposition : « Idée, Concept et Objet » réunissant Arman, Ben, Casimiro, César, Chubac, Doytier, Farhi, Farioli, Filliou, Gilli, Gunji, Mas, Serge III, Sosno et Verdet et « Peinture-Abstraction et Couleur » avec Alocco, Borsotto, Castellas, Chaumard, Dolla, Charvolen, Miguel, Maccaferri, Lanneau, Marcier, Pagès, Saytour et Sérée. L’un des critères étant de réunir des artistes résidant et travaillant à Nice de manière régulière.
La galerie De La salle présente une exposition de groupe du 19 décembre au 31 janvier 1981 avec Alocco, Arden Quin, Arman, César, Chubac, Malaval, Villeglé et Giordan.
Exposition collective « Quinzaine d’Expression contemporaine », Draguignan.
La Fondation Maeght présente Georges Braque (juillet-octobre).
Jacques Lepage crée le Fonds Ecole de Nice dans les locaux du musée des Beaux-Arts Jules Chéret à Nice ayant pour mission de sauvegarder les documents concernant le patrimoine artistique lié à l’Ecole de Nice.
Venise, 39e Biennale. Abandonnant le principe thématique des biennales précédentes, la 39e biennale dresse un bilan critique et historique de la position de l’art dans le monde depuis 1968, avec 32 pays invités (jusqu’au 28 septembre).
La 11e Biennale de Paris est accueillie à Nice du 22 novembre au 11 janvier 1981, dans les deux galeries du bord de mer, la GAC et la Galerie des Ponchettes rénovée.
1981 Exposition personnelle à Lieu 5, Nice, 13 février-20 mars
Exposition collective, Alocco, Arden Quin, Arman, César, Chubac, Malaval, Villeglé, galerie de la Salle, Saint-Paul de Vence.
1982 Exposition personnelle galerie Luisella d’Alessandro, Turin,
Expositions collectives galerie de la Salle, Saint-Paul de Vence et galerie Jacques Donguy, Paris.
Du 9 juillet au 26 septembre, à Nice, les deux galeries du bord de mer, Ponchettes et GAC, montrent en parallèle, la première rétrospective consacrée au mouvement des Nouveaux Réalistes
1983 Les artistes à la rencontre du public le 3 avril Cours Saleya à Nice avec « Rencontres Saleya » : participation de Castellas, Chubac, Moya, Thupinier, Sosno avec une banderole Sosno absent et Raymond Hains en visiteur. Doytier y présentait son autobus peint.
Dans le même temps, Albert Chubac expose à la GAC, une série de pièces récentes conçues pour un environnement ludique. Organisation Claude Fournet et Marc Sanchez ; catalogue avec des textes de Claude Fournet, Emmanuel Hocquart, René de Montaigu.
Chubac expose par ailleurs dans l’année chez Anne Roger à Nice et « Collages » à la galerie De La Salle.
Expositions collectives dans les gares de la Côte d’Azur
1984 Expositions personnelles galerie Godar, Lille et galerie Luisella d’Alessandro, Turin
Séries de manifestations à Nice, à l’occasion de la présentation du Fonds d’Art Contemporain des musées de Nice, Nice, « l’Art contemporain au Musée » dans les deux galeries du bord de mer (GAC et Ponchettes, 29 septembre-18 novembre). Huit films de plasticiens de l’Ecole de Nice sont projetés à compter du mardi 2 octobre : Arman, Raysse, Sosno, César, Dolla, Gilli, Ben, Chubac (Une, première). Conception Jacques Lepage et réalisation René Prédal, avec la collaboration de l’action culturelle municipale et le Fonds Ecole de Nice.
La projection de films est organisée dans la toute nouvelle cinémathèque située dans le Palais Acropolis.
Un film réalisé par FR3 Côte d’Azur.
Expositions collectives « Sculpture à la Villa Arson », Nice et exposition itinérante « Cinq plasticiens, Après voir »,: Fondation Musée Herbert, Grenoble ; Centre d’Action Culturelle, Annecy ; Atrium, Lyon.
1985 Exposition personnelle, galerie Galice, Thonon-les-Bains,
exposition collective CNAC, Villa Arson, Nice.
A Paris Christo emballe le Pont Neuf
Décés de Marc Chagall et Jean Dubuffet.
1986 « Cinq sculpteurs », Université de Toulon, « Act n’Art, Sculpture dans la ville », Thonon-les-Bains, Ancien festival de Cannes
Redécouverte du futurisme à Venise
Ouverture du Musée d’Orsay, à Paris
1987 La galerie de la Salle, Saint Paul de Vence, présente « Ecole de Nice…20 ans après 1967-1987 », avec Alocco, Arman, Ben, Chubac, Farhi, Gilli, Klein, Malaval, Serge III, Raysse, Sosno, Venet, Verdet, du 8 août au 10 septembre. Catalogue avec textes de Marcel Alocco, Pierre Chaigneau, Alexandre de la Salle, Pierre Restany.
FRAC, Palais de l’Europe, Menton
Alexandre de la Salle présente « Abstraction Géométrique » avec Arden Quin, Belleudy, Caral, Chubac, Decq, Garcia-Rossi, Garibbo, Leppien, Presta (26 decembre-31 janvier 1988).
1988 Chubac fait un retour au carton et au bois… Ses éléments dans l’espace, ses sculptures en bois sont toujours colorés. « Je fais du géométrique par simplicité, on n’est pas pris par les formes mais par l’esprit… Ce qui se dégage des couleurs, des mobiles. Toujours un décalage. L’évolution de mon travail n’a rien à voir avec Mondrian. Je suis venu au constructivisme par mon travail, pas par intention directe. Très vite j’ai eu le désir de faire avec le minimum de moyens. La vie modeste que j’ai mené on la retrouve dans la simplicité de mon travail. Ce qui m’intéresse, c’est de faire au plus simple ».
Albert Chubac réalise un décor-podium pour la Mutualite Française à Nice, Place Masséna.
A la galerie de la Salle : « Abstraction géométrique » avec Arden Quin, Bolivar, Chubac, Decq, Garcia-Rossi, Garibbo, Leppien, Nemours du 9 septembre au 9 octobre.
Deux expositions personnelles à la nouvelle galerie Argéco, place Garibaldi à Nice, la première étant réalisée à l’occasion de l’ouverture de la galzerie ; exposition personnelle à la galerie Triade, Barbizon.
Exposition collective Shopping Art International, Nice
Exposition “American/German Art of the Late 80s” à Düsseldorf puis à Boston
1989 Exposition personnelle galerie de la Salle, Saint-Paul de Vence.
Exposition personnelle chez Lola Gassin avec présentation d’un ouvrage édité par Z éditions, Nice
Dans les galeries niçoises : Pol Bury chez Sapone, 30 juin-10 septembre. Raoul Hébrard et Daniel Farioli en juin, Galerie Latitude, suivis par Geneviève Martin, du 29 juin au 29 juillet. Chez Anne Roger, à Nice, « Le Blanc et le Noir », peintures, sculptures, dessins, photographies, avec notamment Angel, Ben, Carhaix, Casimiro, Castellas, Chubac, Fenollabbate, Lanneau, Marcier, Picabia, Sérée, Thupinier…
Plusieurs expositions Ecole de Nice aux Etats-Unis
Le 24 juin, inauguration de la chapelle Saint-Sauveur au Cannet, décorée par Théo Tobiasse.
Exposition Les Magiciens de la Terre au Centre Georges Pompidou, Paris
1990 Albert Chubac réalise quatre mobiles monumentaux sur les tours du Musée d’art moderne et d’art contemporain de la ville de Nice
Expositions personnelles : galerie F .Moulin, Lyon et Golden Galerie, Art Jonction, Nice.
Salon de la Découverte, Paris
« Sculpture », Sophia Antipolis
1991 Exposition personnelle, galerie de la Salle, Saint-Paul de Vence.
Exposition collective, Fondation Sicard-Iperti, Vallauris,
Inauguration du musée des Arts contemporains à Frankfort an Allemagne
1992 Expositions personnelles : Espace – Consulat suisse, Nice ; Espace Chubac, Tourette-Levens et galerie G, Besançon.
Expositions collectives : « Abstraction géométrique », Galerie de la Salle, Saint-Paul de Vence,
« Grandes sculptures », Beaulieu-sur-Mer ; « Plastique dans l’art contemporain, Oyonnax ».
Achat d’une grande sculpture par la ville de Cannes
1993 Expositions personnelles à la galerie F. Moulin, Lyon et à la Maison des Comoni, Le Revest-les-Eaux.
Expositions collectives : « Ecole de Nice », Salon Montrouge, Paris ; Art Jonction, Cannes ;
« Ben, Alocco, Chubac », galerie A. Ondin, Paris ; « Dix artistes de l’Ecole de Nice », musée de Belfort.
1994 Exposition personnelle Espace Caravadossi, Aspremont.
Exposition de groupe « Grandes sculptures », Beaulieu-sur-Mer.
1995 Expositions collectives « Ecole de Nice », Tokyo et Corée du Sud.
1996 Exposition personnelle Espace Delille, Nice.
Exposition collective « Chimériques Polymères », Mamac, Nice.
Des artistes, des mouvements, film réalisé par le Conseil Général des Alpes-Maritimes/ AFAA, sur quelques artistes de l‘Ecole de Nice, Arman, Cane, César, Sosno, Chubac, Ben, Viallat, Dupuy.
1997 Expositions personnelles galerie de la Salle, Saint-Paul de Vence ; Art Jonction, Nice ; galerie Zéro, L’Infini, Besançon
« Ecole de Nice », galerie de la Salle, Saint-Paul de Vence
1998 Villa du Parc, Annemasse, L’Arcluse ?, Genève
1999 « L’Art à l’hôpital », Genève
2000 Collège Lympia, Nice
2001 Espace Chubac, Tourette-Levens
2002 Galerie Scholtès, Nice, Maison des Arts, Carcès
2004 Rétrospective Albert Chubac, Mamac

-
-
-
-