Xavier Theunis

Galerie contemporaine du musée
25 janvier - 20 avril 2014



Sans titre, 2013
Adhésif verni sur aluminium thermolaqué - 40 x 50 cm
Courtesy galerie Catherine Issert, Saint-Paul de Vence / Backslash Gallery, Paris, 2013

  Présentation



Sans titre, 2008 - Adhésif verni sur aluminium thermolaqué, châssis en acier galvanisé, cadre inox
180 x 150 x 2,5 cm
Courtesy galerie Catherine Issert, Saint-Paul de Vence / Backslash Gallery, Paris, 2013



Sans titre, 2011 - Adhésif verni sur aluminium thermolaqué
50 x 40 cm
Courtesy galerie Catherine Issert, Saint-Paul de Vence / Backslash Gallery, Paris, 2013

Vernissage le vendredi 24 janvier 2014 à 19h

Né en 1978 à Anderlecht en Belgique, Xavier Theunis étudie à la Villa Arson à Nice, puis établit son atelier rue Defly. Il expose dans les galeries municipales lors de « Génération 2004 » à la galerie des Ponchettes puis « Still lovin' you » à la galerie de la Marine en 2008. Il est présent au MAMAC pour « L'art Contemporain et la Côte d'Azur » en 2011, puis entre dans les collections du musée en 2013 dans le cadre du legs d'Henrik Berggreen qui fait l'objet d'une exposition au 1er étage du musée (du 25 janvier au 1er juin 2014). Simultanément à cet événement, le musée donne carte blanche à l'artiste pour une mise en perspective de son travail dans la galerie contemporaine.

Son ouvre à l'esthétique lisse et détachée imbrique de nombreuses références au mouvement moderne et à l'art minimal. Par le recyclage de chutes d'adhésif, la découpe et le collage, Xavier Theunis rejoue avec une rigueur géométrique et un humour distancié les rapports entre l'art, l'architecture et le design dans la lignée de Richard Artschwager ou de John Armleder. Les dessins, photographies et peintures renvoient à des décors emprisonnés dans l'espace bidimensionnel (intérieurs, vases, stores) quand les sculptures décrivent des objets inusités, à la perspective souvent tronquée (table à dessin). Dans ce jeu de faux-semblants et de mises en abyme, ces intérieurs factices recomposent l'espace d'exposition. À Marseille, pour l'édition 2010 d'Arto-rama, l'installation « One man show » prend l'allure d'un stand d'ameublement.
Dans l'exposition « Scherp & Schieve » présentée à la galerie Catherine Issert à Saint-Paul de Vence en 2009, l'artiste réalise une boîte en porte-à-faux reprenant le volume de la galerie à échelle réduite dans laquelle il vient placer des vues d'intérieur. À la Backslash Gallery à Paris en 2013, il redistribue l'espace de la galerie par des murs peints et des plaques ondulées Eternit®, occultant parfois certaines ouvres. Chaque exposition est une manière d'interroger les conditions de présentation des oeuvres.

L'adhésif, matériau ordinaire en communication ou en décoration, devient ici un moyen d'expression et de questionnement sur l'illusionnisme pictural. On pense à la Nature morte à la chaise cannée (où Picasso colle un morceau de toile cirée imitant le cannage d'une chaise), mais aussi et surtout à l'omniprésence actuelle du leurre et de l'imitation et donc à la question de la reproductibilité et de la dématérialisation des images. Les thèmes volontairement traditionnels et ordinaires (natures mortes, paysages, intérieurs, etc.) subissent de légers décalages et basculements mettant en situation le procédé de fabrication : collage, imbrication et aplatissement des surfaces, modification de la perspective, jeu d'opacité et de transparence, effet de miroir et de duplication, etc. La pratique de Theunis évolue vers une abstraction et une épuration des formes. Elle participe d'une esthétique du fragment privilégiant les restes et les à-côtés : chutes d'atelier, repentirs et martyrs (cales destinées à recevoir les dépassements d'usinage).

Au MAMAC, l'artiste réalise un mural de chutes d'adhésif qui répond à des vues d'atelier [Sans titre (Vues d'atelier), 2013] comme autant d'images du travail. Le Favelas et son martyr restituent un dispositif scénique composé d'un mur et d'une chaise faits de l'agrégation de chutes de bois. Volumes, installations et adhésifs illustrent ce travail de composition visant à produire de nouveaux espaces de représentation. Dans cette optique, Theunis conçoit un module, sorte de duplication de l'îlot central, dans lequel sont réunis des « After », ouvres conçues et réalisées à la manière de Xavier Theunis par d'autres artistes sur sa demande. Tout est là pour inquiéter notre rapport à l'image et à l'idéologie du White Cube1.

1 : Le White Cube définit un espace d'exposition blanc et totalement neutre. Il est l'image archétypale de l'art moderne et la garantie de l'autonomie de l'ouvre d'art.

  Présentation