Corina Rüegg
15 novembre 2001 - 6 janvier 2002


AVaches (détail),, 1989
diptyque : 120x360 cm, © Adagp, Paris

catalogue

A propos de Corina Rüegg

Jour et nuit

Le musée d’Art moderne et d’Art contemporain de Nice programme de façon régulière des expositions illustrant le lien établi de façon prégnante depuis les années 60, entre les différents acteurs du monde de l’art en France et aux Etats-Unis, comme a pu en faire état l’exposition : " de Klein à Warhol , face-à-face France / Etats-Unis", en 1997-1998.
Par ailleurs, le musée tente aussi, depuis plusieurs années, de mettre en évidence l’intensité des rapports artistiques existant avec l’Italie dont les plus récentes expressions furent l’exposition Arte povera ainsi que les expositions individuelles de Gilberto Zorio, Giovanni Anselmo, ou encore Enrico Baj.
De façon plus exceptionnelle, la galerie contemporaine du musée offre ses cimaises à de jeunes artistes européens, moins connus du grand public mais illustrant une création fortement marquée par une identité autre, nous permettant d’appréhender avec plus de concision la situation des tendances artistiques contemporaines européennes.
Ces expositions n’auraient pas pu avoir lieu sans le soutien d’institutions partenaires : ainsi en 1999, Susy Gomez : " Maldito Curazon " représentait l’Espagne, avec le concours financier de la Fundacio Pilar i Joan Miro, de Majorque ; David Bade, " Next no text next " les Pays-Bas, avec l’aide du Mondriaanstiching, et actuellement Corina Rüegg, " Jour et nuit ", la Suisse, exposition qui a bénéficié du soutien de la Pro Helvetia, Fondation suisse pour la culture, et à qui nos adressons nos plus vifs remerciements.

Corina Rüegg a instauré depuis plusieurs années des séjours à Nice.
De par sa formation en architecture, en Suisse, suivie à l’Ecole supérieure des Arts de Zurich, et plus particulièrement ces dernières années, depuis de fréquents voyages dans la région niçoise, elle a réalisé toute une série d’œuvres, photographies, sculptures de cire, installations, d’où émanent l’impact de la lumière, le jeu de l’ombre, leur confrontation ; abstraction et figuration s’interpellent (Giacometti, 1996); le pixel trame l’image qui devient abstraite (Transparence, out of focus, 2001). La confrontation des images appelle à une réflexion sur le réel.
Corina Rüegg a saisi dans ses photographies l’environnement quotidien, aux paysages et décors si familiers que l’on risque ne plus distinguer leur simple beauté, ( Vaches, Suisse, 1989 ; Tazze, Italie, 1991), ou la confidentialité de scènes d’intérieur, saisies par des voyeurs occasionnels bénéficiant de l’indiscrétion des éclairages nocturnes qui animent les appartements urbains (Jour et nuit, Nice, 2001). Eclairages néon, images numériques, vidéo, sont autant de dispositifs ouvrant une recherche originale sur la perception ; l’interpellation de nos facultés visuelle, tactile, restitue un sens à ce qui nous entoure, une fonction intense à nos capacités peu ou mal exploitées et met à mal notre indifférence.

Corina Ruëgg est née à New Delhi, en 1962 ; elle vit et travaille à Zurich et à Nice.

catalogue