ERIK DIETMAN : ELOGE DE L'ENVIE 

03 mars - 20 mai 2001

Galerie contemporaine

Proche du mouvement Fluxus et du Nouveau Réalisme mais refusant toute adhésion à un groupe, Erik Dietman joue avec le langage et introduit de l'humour dans ses oeuvres travaillant tous les matériaux pour leur spécificité respective :

la terre, le bois, le verre, le granit, le marbre, le bronze, l'acier, le fer…

Des sculptures historiques issues de collections publiques et privées ainsi que des oeuvres récentes, présentées pour la première fois, provenant de l’atelier de l'artiste sont rassemblées à l'occasion de cette exposition.

Catalogue : Erik Dietman : Eloge de l'envie

Format : 27 x 23,5 cm, 64 pages, ill. en coul.

Textes de : Nicolas Bourriaud, Erik Dietman, Roland Topor, Gilbert Perlein

Edition : Nice Musées

Commissariat de l’exposition : Gilbert Perlein, conservateur, assisté de Julia Lamboley

L'oeuvre d'Erik Dietman s'inscrit dans un métissage entre poésie verbale et réalité des choses. Les dessins, les objets, les assemblages, les sculptures donnent une existence matérielle à la parole, au verbe, au mot. Marcel Duchamp considérait le titre comme une couleur supplémentaire au tableau. Chez Dietman on l'aura compris la fonction du langage est capitale.

Dans le Ballet des concierges le collage linguistique bal/laid fonctionne comme le cadavre exquis des surréalistes. Dietman joue le jeu sémantique des " médisances" des concierges, mais sur le tempo spécifique du ballet. L'objet ménager : le balai fait place nette avant de céder le pas au sabbat des sorcières.

Si l'humour joue de la distance optique, les objets choisis recèlent la force des emplois successifs : la baignoire, rémane des irisations de Bonnard et évoque le tub de Degas. L'os sur le bord de la baignoire, sorte de "Memento Mori" nous renvoie au Marat assassiné de David. Plus proche et plus référentielle encore, dans sa nudité objective et son registre d'installation, elle signale les proximités formelles avec Beuys.

Dans la Naissance du monde, on imagine sans peine se trouver devant un tableau à secret comme l'oeuvre matricielle de Courbet. Ce corps d'armoire dépourvue de portes, ce bouton blanc et ce bouton noir, fonctionnent comme une figure érotique livrée à notre plaisir secret, solitaire de voyeur. Un travail d'échelle à la manière de Lewis Caroll va déplacer l'objet (le bouton) du registre fonctionnel vers le symbolique. Le jeu d'opposition des deux boutons, noir et blanc s'amplifie : le haut et le bas, dehors/dedans, vertical/horizontal, masculin/féminin, le bien et le mal le ying et le yang.

Chez Dietman, les jeux de mots fonctionnent, on se donne le mot, on en touche un mot, on prend au mot, et on se paye de mots. Ici, au bas mot, le bouton indique le bouton de rose, évocation du sexe féminin où s'origine le tableau de Courbet. Réminiscence de Rosebud, l'univers du géant du cinéma sera salué à nouveau dans l'assemblage monumental d'oursons en acier corten de 1999, Ourson Welles.

Si Dietman appartient à une communauté informelle d'artistes en Europe, rassemblant de fortes personnalités comme Daniel Spoerri, Georges Brecht, Robert Filliou, Ben Vautier ou Roland Topor, il partage aussi le territoire formel et mental d'un Broodthaers ou d'un Magritte.

Préfiguration d'un pipe-line lingotique est une onde de choc du célèbre tableau-manifeste de Magritte Ceci n'est pas une pipe. Les blocs de glaise coulés en bronze conservent le potentiel qui s'offre au sculpteur, ils indiquent comme le notait Michel-Ange que c'est le bloc qui signale au sculpteur la forme qu'il contient. La notion de lingot vaut son pesant d'or. De la glaise au bronze, du mou au dur, est-ce que l'artiste pétrit ou est-ce qu'il pétrifie ? La mort rôde toujours dans les parages. L'installation est un vaste casse-pipe, les dés sont pipés et au délà on risque bien de ne pas piper mot.

Une formidable boulimie de sens, d'images, une chanson de geste, le festin rabelaisien d'un artiste dont la coquetterie joue sur les mots, paradoxe d'une version "light" : Diet-Man.

Gilbert PERLEIN

 LISTE DES OEUVRES EXPOSEES

 

Le Hibou 1960-1961

Bandes de gaze, livres

210 x 30 x 30 cm

Museum Moderner Kunst, Vienne

(Collection Hahn)

L'élan solitaire 1986

Bronze

89 x 38 x 43 cm

Coll. particulière, Paris

Préfiguration d'un pipe-line lingotique 1990

30 x 400 x 400 cm

44 blocs de bronze, pipes en bois

Collection de l'artiste

La naissance du monde 1990

Bronze, marbre

220 x 130 x 61 cm

FNAC en dépôt au Château d'Oiron

Au sommet après en avoir tant chié 1992

Pigeon naturalisé, bronze, aluminium

38 x 38 x 86 cm

FRAC Pays de Loire

Cannibal, le frère du grand chef 1993

Eléphant naturalisé, traversin, tissu, bronze, os

197 x 160 x 137 cm

M.A.C, Marseille

L'ange aux merveilles 1993

Ramures d'élan, de renne, ivoire de morse, bois galet

Dimensions variables

Collection de l'artiste

Proverbe Turc 1988-1998

Bronze, bougies

Dimensions variables

Collection de l'artiste

L'arbre d'Odile 1999

250 x 120 x 120 cm

Bronze, fer

Collection de l'artiste

Eloge de l'envie 2000

Dimensions variables

Collection de l'artiste

Ursini 1999

Corten

Collection de l'artiste

Ourson Welles 1999

Fonte d'aluminium

Collection de l'artiste

5 Sculptures

2000

Collection particulière, Italie

BIOGRAPHIE

1937

Erik Dietmann est né à Jönköping en Suède le 11 septembre.

1942

Déménagement de la famille Dietmann à Värnamo, à 70 Km au sud de Jönköping.

Fréquente l'école primaire et suit des cours de peinture pour adultes.

1950

Etudes secondaires. Son goût pour l'art se confirme, il prend connaissance des grandes tendances de l'art moderne, visite de nombreuses expositions et peint activement.

1951-1953

Stage professionnel en orfèvrerie. Période très intense de lectures et d'études littéraires et artistiques. Découvre la revue Odyssée éditée à Stockholm et consacrée à la poésie concrète. Renonce à intégrer les écoles des Beaux-Arts de Stockholm et Copenhague y trouvant l'enseignement trop académique.

1954

Poursuit ses études artistiques de manière autonome jusqu'en 1957. La lecture de Joyce (Ulysse), Desnos et César Vallejo est déterminante et fonde le caractère expérimental qu'il entend donner à son oeuvre artistique. S'installe à Malmö.

1957-1958

Réalise des oeuvres sur papier photographique.

1959

Objecteur de conscience, il quitte sa famille et la Suède pour échapper à la prison, avec l'intention de s'installer aux Etats-Unis.

Son voyage aboutit à Paris Place de la Contrescarpe où il rencontre fortuitement Paul Anderson, Robert Filliou et Daniel Spoerri. Entreprend une série de peintures exécutées les yeux bandés puis des "assemblages".Réalise les objets pansés de gaze chirurgicale.

1961-1962

Rencontre Raymond Hains et Gérard Deschamps.Expose ses objets pansés dans un accrochage collectif. Période des Sparadraps : objets pansés ou objets pensés. Collabore et entretient des liens d'amitié très forts avec certains membres du Nouveau Réalisme et de Fluxus, mais n'intégrera aucun groupe.

1963- 1964

S'installe à Turin pour un an et prépare une exposition de Sparadraps.. Première exposition personnelle à la galerie Punto à Turin. Rencontre Roland Torpor.

1965

Retour à Paris. Participe au Salon des Comparaisons, invité par Villeglé, en compagnie des Nouveaux Réalistes et la même année au Salon de la Jeune Peinture . A la Biennale de Paris, il réalise L'Abri anti-atomique avec Biras, Tisserand et Parré, en recouvrant entièrement une baraque de chantier de sparadrap.

1966

Séjour en Hollande. Expose à Arnheim puis Amsterdam avant de s'installer à Venise durant dix mois. Séjourne à Nice et demeure quelques années dans la région. Commence Livre Sterling qu'il achèvera en 1976, association de photographies, d'objets et de dessins.

Réalise plusieurs oeuvres en pain telles que Pain, constituée du mot pain (signifiant aussi douleur en anglais) cuit en pain véritable et le Sac en pain. Réalise des mobiles.

1967

Naissande de sa fille Nadia. Prend le pseudonyme de F.T. Bidlake et Outil O'Tool dont il invente les biographies. Période intense de travail et de nombreuses expositions en Europe. Se lie d'amitié avec Ben Vautier, retrouve Filliou et fait la connaissance de George Brecht qui vit à Villefranche-sur-Mer.

1968

Il vit retiré à Tourettes-sur-Loup. Se rend en Tchécoslovaquie pour une exposition avec l'intention d'y rester, assiste à l'entrée des chars russes et est aussitôt expulsé. Retour à Tourettes-sur-Loup.

1969-1970

Naissance de son fils Michael. Participe à la Biennale de Paris et au Salon de Mai. Réalise de nombreux assemblages installés dans des boîtes et présentés au mur comme des tableaux-poèmes. Publication du livre For Gentlemen. Il expose à la galerie Mathias Fels Neuf Idées : installation de neuf pyramides d'un mètre de hauteur recouvertes de coton vert et accompagnées de plaques de cuivre gravé. A partir de 1970 il signe Dietman avec un seul "n".

1971

Naissance de sa fille Juliette. Sa deuxième exposition en Suède est un échec mais son exposition à Copenhague remporte un vif succès. Amitié avec Bjørn Nørregaard.

1972

Séjourne toute l'année à Düsseldorf. Réalise les séries Viola Tricolor, Lézards & Klein Kunst et Leçons de choses.

1973

S'installe en Suisse dans le Tessin. Prépare les expositions "Notes et Commentaires, commentaires et notes" pour la galerie Bama à Paris et "Entre Astronomie et Pâtisserie" pour la galerie Valsecchi à Milan.

1975

Retour en France, s'installe à Entrecasteaux dans le Var.

Rétrospective au Musée d'art moderne et de la ville de Paris : "Vingt années de sueur". Réalise au Danemark sa première commande publique : Monument à la dernière cigarette.

1976-1977

Importante exposition au Moderna Museet de Stockholm. A l'occasion de l'ouverture du Centre Georges Pompidou, il participe à l'exposition : l'Ecole de Nice. Réalise une série de treize collages en Hommage à Arthur Craven.

1978

Se consacre à la réalisation des grands environnements construits par assemblages en collaboration avec des groupe d'enfants.

1979

Les expositions personnelles se multiplient en Europe. S'installe à Courtenay dans le Loiret , se remet à la peinture et sous le titre : "en sortant de chez Duchamp j'ai trouvé les clés de Picasso", il expose au Kunstmuseum de Aalborg puis à la galerie Herta Klang de Cologne.

1980-1982

Exposition à la galerie Bama à Paris : "Les vacances de Monsieur Pableau" et au Centre culturel suédois : "Comment prendre un tableau par le derrière". Premiers modelages qui annoncent le tournant de son oeuvre. Réalise des sculptures en matériaux divers

1985

Déménage au Moulin Boyard. Outre son intense activité de dessinateur, il se consacre à nouveau à la sculpture. Il réalise des commandes publiques comme : l'Arc de triomphe pour figurois et figureines à Rennes.

1986

Pour l'exposition "Qu'est-ce que l'art français" au Centre d'art contemporain de Labège (Toulouse), Dietman réalise l'un de ses chefs d'oeuvre : L'art mol et raide ou l'épilepsisme-sismographe pour têtes épilées : Mini male head coiffée du grand mal laid comme une aide minimale...composé de crânes humains disposés sur des petits socles cylindriques en béton et de petits bronzes qui sera acquis par le Musée Saint-Pierre de Lyon.

Travaille à une série de de nez en verre soufflé pour une oeuvre monumentale : Les Gardiens de fûts acquise en 1990 par l'Etat et présentée dans les chais du Château Dillon à Blanquefort.

 

1987

Rétrospective "Entre l'art et lard" en Europe : Moderna Museet, Stockholm ; Kunsthalle, Malmö ; Nordiska Konstcentrum, Sveaborg, Helsinki ; Stedelijk Museum, Amsterdam ; Musée Saint-Pierre, Lyon. Publication de la première importante monographie sur son oeuvre par Olle Granath.

Pour les Jeux Olympiques de Séoul, il réalise une sculpture monumentale : Yesterday and The Day Before, Today and Tomorrow.

1988

Réalise une série de vases en verre en forme de phallus au Centre international de recherche sur le verre et les arts plastiques à Marseille.

1989

Grand Prix National de la Sculpture décerné par le ministère de la Culture en France. Prix de l'Académie Royale des Beaux-Arts de Stockholm. Participe à l'expsoition : "Des têtes" à la chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon dans le cadre du bicentenaire de la révolution française.

Exposition personnelle à la galerie Claudine Papillon à Paris.

1990

Installation de la sculpture Le Hall d'honneur dans le hall de l'Hôtel de Ville de Chinon. Deuxième importante monographie rédigée par Bernard Lamarche-Vadel.

1991-1992

Dans le cadre du Symposium 8 Sculpteurs en Principauté d'Andorre, il réalise une sculpture dans un torrent d'Escaldes et à l'occasion de la Biennale de Lyon une sculpture monumentale : Sans toit la maison est chauve acquise en 1994 par le Musée Cantini à Marseille. Commence une série de dessins Nombreuses expositions personnelles en France.

1993

Réalise une série d'oeuvres en céramique à l'Ecole des Beaux-Arts de Marseille et conçoit sept sculptures en bronze de grande dimension pour l'exposition : Sans titre.Pas un mot. Silence, au Centre Georges Pompidou à Paris. Il anime la rubrique culinaire de la revue Documents.

Participe à la Biennale de Venise

1994

Transforme une île au large de Bronnoysund en Norvège. Travaille sur une sculpture en souvenir du chemin de la Mâture en Vallée d'Aspe (Pyrénées).

1995

Pour les 20 ans de la Galerie Catherine Issert à saint-Paul de Vence, installe une oeuvre monumentale dans le jardin de la galerie.

1996
Mise en place d'une sculpture monumentale à la mémoire des esclaves au Lamentin en Guadeloupe.

Réalise une fontaine à Montpellier "Oh! Perrette, Opérette pour bronze et eau".

1997
Achève une sculpture monumentale, commande publique dans sa ville natale à Jönköping.

Participe à la Biennale de Venise. Exposition "Erik Dietman, Sculptor Classicus", au Musée d'Art Moderne de Saint Etienne. Installation d'une sculpture monumentale, Tong Yong, Corée.

1998

Installation d'une sculpture monumentale en plein air dans le Jardin de la fondation Daniel Spoerri à Seggiano, en Italie. Exposition : "Double sauce Périgueux" au Centre Culturel François Mitterrand à Périgueux.

1999

Fait partie des artistes exposés sur les Champs Elysées à Paris pour "Les Champs de la Sculpture". Expose au National Museum de Stockholm. Exposition " Les arbres d'Odile et autres nouvelles, nouvelles", au Centre Culturel Suédois à Paris

2000

Installation d'une sculpture monumentale dans le Jardin des Tuileries, Paris

Inauguration d'une sculpture monumentale au Ministère des Affaires Etrangères à Stockholm.

 

 

Expositions personnelles

1964
"Sparadraps", Galleria Sperone, Turin
1966
"Sparadraps", Galerie Mathias Fels, Paris
"L'ex-roi du sparadrap", Galerie l'Elefante,Venise
"Slow Mobiles and Bread", Galerie 20, Amsterdam
1967
"La dernière exposition d'Erik Dietman", Galerie Hedenius, Stockholm
1968
"E. Dietman + F.T Bidlake = Multiples", Galleria Christine Stein, Torino
"Rideau de fer belge", Galerie 20, Amsterdam
1969
"Projet pour une place sans arbres", Galleria Apollinaire, Milano
"Douze idées", Galerie Mathias Fels, Paris
1970
"For Gentlemen", Galerie Mathias Fels, Paris
1971
"10 skulpturer + grovt artdilleri", Galerie Buren, Stockholm
"Hommage à Outil O'Tool", Jysk Kunstgalleri, Köpenhamn
1972
"Leçons de choses", Eat Art Galerie, Düsseldorf
1973
Pander Kunstcentrum, den Haag
"Notes et Commentaires, commentaires et notes", Galerie Bama, Paris
1974
"Entre astronomie et pâtisserie", Galerie Massimo Valsecchi, Milano
"Lézards et Kleinkunst", Galerie Bama, Paris
1975
"Vingt années de sueur", rétrospective, Arc 2, Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris
"Exercices de style", Hôtel d'Angleterre, Köpenhamn
1976
"Le Grand Livre Sterling", Galerie Bama, Paris
"Stoned in Venice", Galerie Massimo Valsecchi, Milano
Galerie Tanit, München
"Boulevard Dietman, Objekt 1962-1976", Moderna Museet, Stockholm

1977
"Matissage" (avec Malaval), Galerie Vallois, Paris
"La dernière cigarette", monument, Ikast
Galerie Arte Verso, Genova
Galerie Vallois, Paris
Galerie Ahlner, Stockholm
1978
"Vaguement Vert", construction avec une centaine d'enfants et l'aide de Mark Brusse, Musée des enfants, Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris, Paris
Galerie Lucien Durand (avec Mark Brusse), Paris
"Pays sages", Galerie Wallner, Malmö
"Arc de Triomphe pour la Bataille du Louisiana", construction avec 30 enfants de l'école Humlebaek, Louisiana Museum ;
"Dietman samlar - Dit man Samlar", construction avec les enfants de Stockholm, Moderna Museet
1979
"En sortant de chez Duchamp, j'ai trouvé les clefs de Picasso", Galerie Herta Klang, Köln
Nordjyllands Kunstmuseum, Aalborg
1980
Galerie Ahlner, Stockholm
"Ett at 10 talistiskt huvudverk", Galerie Leger, Malmö
"Les vacances de Monsieur Pableau", Galerie Bama, Paris
"Comment prendre un tableau par le derrière", Centre Culturel Suédois, Paris
1981
Berzeli konstsalong, Göteborg
Galerie Leger (avec Emmet Williams), Malmö
"Bilder och bildelar", Galerie Forum, Stockholm
Galerie Camomille, Bruxelles
"Landskab og figurer", Galerie Arnesen, Copenhague
"Palais de Sauce-Arts", construction avec les enfants de Bruxelles, exposition Moderna Museet Stockholm à Bruxelles, Palais des Beaux-Arts

1982
"Helt fran Vattern", Lansmuseet, Jonkoping
"Transes (à Van Garde)", Galerie Bama, Paris
Smalands Konstarkiv, Värmano
Galerie Sonia Zannettacci, Genève
1983
Galleriet, Lund
"Minimal Brut", Galerie Camomille, Bruxelles
1984
Skulptur, Galerie Aronowitsch, Stockholm
"Exilirium", Galerie Bama, Paris
Céramiques, Galerie Camomille, Bruxelles

1985
Polaroider, Lilla Galleriet, Helsingborg
Galerie Asbaek, Copenhague,
Sculpture, Anthony Reynolds Gallery, Londres

1986
"Réflexions sur la Sculpture Moderne", La Criée/Halle d'Art Contemporain, Rennes
"Du goût et des couleurs" Oeuvre monumentale pour les chais de Château Dillon, Blanquefort
1987
Rétrospective, Moderna Museet, Stockholm
Oeuvres sur papier, Galerie 13, Stockholm
Rétrospective, Malmökonsthall, Malmö
Rétrospective, Nordic Arts Center, Helsinki
Oeuvres sur papier, Galerie Bronda, Helsinki
Oeuvre monumentale "Yesterday and the day before, today and tomorrow" réalisée dans le futur parc de sculpture de Séoul
1988
Rétrospective, Stedelijk Museum, Amsterdam
Dessins, Galerie Camomille, Bruxelles
Rétrospective, Musée Saint-Pierre Art Contemporain, Lyon
1989
"42 vues du Mont Angoisse et sans victoire chien de Cézanne et quelques pièces détachées",
Galerie Claudine Papillon, Paris
Galerie Catherine Issert, Saint Paul de Vence (avec B Lavier et J-M Alberola)
Galerie 13, Stockholm
1990
"Bronze Age, Iron Age, Middle Age" Galerie Anthony Reynolds, Londres
"Récentes Oeuvres Ressenties", Centre de Création Contemporaine, Tours
"Saoul Seul à Séoul", Galerie Oniris, Rennes
"Réflexions sur la Sculpture", Galerie Rudolf Zwirner, Cologne
1991
Galerie Interface, Nîmes
Galerie Catherine Issert, Saint Paul de Vence (avec B Lavier et J-M Alberola)
1992
Galerie Claudine Papillon, Paris
Galerie Barbier-Beltz, Paris "Papa pied, Papy Erik", Paris
Galerie Catherine Issert, St Paul de Vence
Galerie Air de Paris, Nice
Galerie Georges Philippe Vallois, Paris
1993
Hommage à Rabelais, Ecole d'Art de Blois
Cinq Chanel 5 du Moyen-âge au zinc du Channel, Galerie de l'Ancienne Poste, Calais
"Att Anhava eller icke hava en Dietman, det är fragan", Galerie Anhava, Helsinki
"Parterres pour strapontins", Kunstmuseum, Herning, Danemark
Fiac Barbier Beltz " 20 ans et toutes mes dents"
1994
La Filature, Mulhouse
Edition Eric Linard, Strasbourg
"Erik Dietman : Sans titre.Pas un mot. Silence", Galerie Sud, Centre Georges Pompidou, Paris
"A toi Rabelais qui a su boire avant la soif", FRAC Champagne-Ardenne, Reims
Galerie Aronowitsch, Stockholm
1995
Sculptures, Galerie de l'Espace, Besançon
Galerie Natacha Knapp, Lausanne
"Pique-nique dans mon âme", Belvédère du Château de Prague et Institut Français de Prague
"Trait portrait" Galerie Jacques Barbier, Paris
Galerie Patrick Martin, Lyon
Galerie Aronowitsch, Stockholm, Suède
"Injures" Galerie Claudine Papillon, Paris
1996
Mise en place d'une sculpture monumentale au Lamentin, Guadeloupe
"Oh! Perrette, Opérette pour bronze et eau" Installation d'une fontaine . Nouvelle faculté de Droit de Montpellier
"Erik Dietman Sculptor Classicus", Württembergischer Kunstverein , Stuttgart, Allemagne
1997
"Verres divers",Couvent San' Apollonia, présence française, Biennale de Venise
"Erik Dietman, Sculptor Classicus", Musée d'Art Moderne, Saint Etienne
Installation d'une sculpture monumentale, Tong Yong, Corée
"Verres d'hiver", Union Centrale des Arts-Décoratifs, Paris
1998
"Verres d'hiver", Statna Galeria, Banska Bystrica, Slovaquie
"Double Sauce Périgueux", ADDC espace culturel François Mitterrand, Périgueux
Galerie Rossella Junck, Venise, Italie.
1999
"För fulla glas", National Museum, Stockholm
Galerie William Aronowitsch, Stockholm
" Les arbres d'Odile et autres nouvelles, nouvelles",Centre Culturel Suédois, Paris
"Ceramic-mac", Le Parvis 3, Pau
2000
"Un nez dans le verre, un verre dans le nez", musée des Beaux-Arts, Nancy
Installation d'une sculpture monumentale dans le Jardin des Tuileries, Paris
Galerie Catherine Issert, St Paul de Vence
"Grylles d'aujourd'hui", Mairie de Chinon
Galerie Eric Linard, la Garde Adhémar
Galerie josé Martinez, Lyon
Inauguration d'une sculpture monumentale, Ministère des Affaires Etrangères, Stockholm

2001
"Eloge de l'envie", MAMAC Nice
Château de Tanlay, Bourgogne
Galerie Papillon-Fiat, Paris
Musée d'Art Contemporain , Turin

catalogue
-
autour de l'exposition
-
Retour