Caroline Challan Belval

Singulièrement, elle butine
13 novembre 2010 - 27 février 2011



Caroline Challan Belval
Etude de la fontaine d’Alfred Janniot pour St Georges (détail), 2010
Fusain sur papier, 10 x 2 m
Photo Muriel Anssens - © Caroline Challan Belval

  Présentation Bio Catalogue

Présentation de l'exposition

Vernissage le vendredi 12 novembre 2010 à 18h30 en présence de l'artiste

Après avoir investi les Vitrines du Mamac en 2008 avec Ars Architectonica, Caroline Challan Belval nous propose dans la galerie contemporaine du musée un itinéraire graphique. Disposés sur des lutrins parsemés dans l’espace d’exposition, des croquis restituent ses pérégrinations et rencontres. Aux murs, des dessins au fusain reprennent la thématique hautement symbolique de saint Georges terrassant le dragon.

Vue exposition Challan Belval 2010 - MAMAC NICE
Vue exposition Challan Belval 2010 - MAMAC NICE
Vue exposition Challan Belval 2010 - MAMAC NICE

Saint Georges terrassant le dragon (en cours de réalisation), 2010 - Fusain sur papier - Dimensions variables - Photo Patrice Giuge - © Caroline Challan Belval

Curieuse de tout, Caroline Challan Belval «butine». Et le fruit de sa récolte se retrouve dans cette composition spécialement réalisée pour l’exposition. Revisitant tout un pan de l’histoire de l’art de Carpaccio à Gina Pane en passant par Paolo Uccello, Caroline Challan Belval propose ici une version personnelle d’un récit légendaire. Cette fresque sur papier (qui se lit de droite à gauche) est divisée en 5 séquences narratives. D’abord, la création des monstres ; l’enlèvement de la princesse vers la caverne du dragon sous le regard des villageois en émoi; revêtu de son armure, saint Georges blesse de sa lance l’effroyable monstre devenu bicéphale avant de chuter et de sauver la princesse. Eléments traditionnels et personnels se télescopent. Un ouvrier d’Outreau se retrouve chevalier, des costumes de l’Opéra de Biarritz prennent l’apparence d’armures, un entrepôt de viande du Meatpacking District de New York devient le lieu de création des monstres, et leur antre n’est autre que la crypte archéologique de la place Garibaldi à Nice… On pourrait continuer ainsi jusqu’à épuisement tant les connotations artistiques et personnelles forgent son travail.

Vue exposition Challan Belval 2010 - MAMAC NICE
Vue exposition Challan Belval 2010 - MAMAC NICE
Vue exposition Challan Belval 2010 - MAMAC NICE

Extraits des carnets de croquis de l’artiste, 1999-2010 - Encre de Chine, pierre noire ou au crayon sur papier - 21 x 29,7 cm ou 29,7 x 21 cm - © Caroline Challan Belval

Mais ne nous méprenons pas. Pour Caroline Challan Belval, cette thématique n’est qu’un prétexte à créer autre chose. Réalisée exclusivement au fusain, ce scenario sur saint Georges peut se lire comme un pur jeu plastique glorifiant la sensualité de ce matériau ductile restituant l’ampleur et la spontanéité des gestes de l’artiste. Tout un réseau d’ombres et de lumière, de pleins et de vides, des zones en réserves ou en effets de matière donne vie et force au dessin. Faites de la collision de ses carnets de croquis, les œuvres de Caroline Challan Belval révèlent les connivences secrètes qui sous-tendent le monde et apparaissent comme un hymne à l’émerveillement, à l’évasion et à l’imagination propres à l’art.

Gilbert Perlein - Rébecca François

  Présentation Bio Catalogue