Michel BLAZY. Timeline
7 juillet – 4 novembre 2018
Vernissage le vendredi 6 juillet 2018 à 19 heures

Galerie des Ponchettes
77 quai des Etats-unis 06300 Nice / 04 93 62 31 24
tous les jours sauf le lundi de 11h à 18h

Une installation environnementale, processuelle et immersive d'un artiste des plus originales et libertaires de sa génération.

Feu
Michel Blazy, Feu, 2017. Bois brûlé, eau, végétation spontanée.
Courtesy de l’artiste et Art Concept, Paris © ADAGP, Paris 2018 © Photo : Michel Blazy.

Poursuivant la logique amorcée avec Yona Friedman (été 2016) ; Vivien Roubaud (hiver – printemps 2017) ; Noël Dolla (été 2017) et Dominique Ghesquière (hiver 2017-18), la Galerie des Ponchettes devient le nouveau territoire d’une carte blanche donnée à un artiste. Placée sur le front de mer, riche d’une histoire forte avec les artistes (Henri Matisse et Pierre Bonnard œuvrent auprès de Nice pour en faire une galerie d’art contemporain à partir de 1950 – Klein, Raysse et Arman y sont exposés en 1967), la galerie des Ponchettes est désormais pensée comme un espace d’expérimentation pour des artistes tout en assumant un lien fort avec la programmation du MAMAC.

Né à Monaco en 1966, Michel Blazy observe et travaille avec le vivant. Ses œuvres évolutives et éphémères donnent à voir des expérimentations en perpétuelle mutation. Les petites activités low tech de Michel Blazy laissent faire la vie de choses. Elles suscitent l’émerveillement par des trajectoires inattendues, donnent à voir les processus de transformation, de mutation et de prolifération. L’artiste puise ainsi dans les bacs à légumes : il empile des peaux d’orange pour créer des montagnes de sculptures-champignons, dore un oignon germé pour lui donner l’apparence d’une précieuse vanité, réalise de somptueuses fresques avec de la purée de betterave. Plus récemment, comme à la Biennale de Lyon (2015) ou de Venise (2017), les herbes folles se nichent dans des paires de chaussures et des téléphones portables.

En écho à l’exposition Cosmogonies présentée au MAMAC déployant une constellation d’artistes sur l’appréhension de phénomènes naturels, Michel Blazy est invité à réaliser une installation immersive et environnementale à la galerie des Ponchettes. Cette exploration sensible des micro-organismes, par leur aspect, couleur, odeur, consistance, fonctionne comme une invitation à un voyage extraordinaire et inoubliable, allant du domestique et du naturel à l’imaginaire. Dans ce monde précaire où la technologie est vouée à l’obsolescence, le vivant prend le dessus, donne à appréhender le devenir dans une économie de gestes et de moyens esquissant en filigrane une manière d’être au monde.

Commissariat : Rébecca François, Attachée de conservation au MAMAC, assistée de Lélia Mori